La magie nouvelle

Jan/Fév/Mars 2019

Dévoiler les secrets de la magie nouvelle, discipline dont le fonctionnement-même repose sur le secret, est à peu près aussi simple que de divulguer le nom des agents infiltrés du KGB. Mais heureusement pas aussi dangereux. Décryptage d’un savoir-faire qui a le vent en poupe.

Si les tenants de la discipline ont tenu à ce que leur magie soit qualifiée de « nouvelle », c’est pour se départir des clichés véhiculés par les bons vieux prestidigitateurs en queue-de-pie, flanqués de leurs colombes. Au 19e siècle pourtant, Robert Houdin parlait déjà de « magie moderne », considérant que « le magicien est un acteur qui joue le rôle de magicien ». Deux siècles plus tard, une bande de jeunes sorciers donnent à leur tour quelques coups de pied dans la fourmilière, voire dans l’élevage de lapins à chapeau, pour réinventer cet art de l’illusion.

En 2011, dans leur manifeste « Pour une magie nouvelle », les Français Raphaël Navarro et Clément Debailleul jettent les bases de leur discipline, la définissant comme un « art dont le langage est le détournement du réel dans le réel ». En Belgique, on voit alors débarquer une danseuse capable de lévitation (Le corps, de la compagnie 14:20, fondée par Navarro et Debailleul), un dompteur de fantômes et autres méduses volantes (Les Limbes d’Etienne Saglio) ou encore une quatrième dimension où le mobilier se mange, les corps se transforment et la jonglerie provoque des mirages (Oktobre avec Yann Frisch). Des Belges eux-mêmes expérimentent désormais la magie nouvelle sur notre territoire, comme Laurent Piron (Battement de peur) et le mentaliste Kurt Demey (Évidences inconnues).

Fi des baguettes, foulards ou femmes coupées en deux (vous pourrez le faire à la maison grâce à notre mode d’emploi, ci-dessous), cette nouvelle génération se revendique plutôt des nouvelles technologies, du cirque, de la danse ou de la marionnette. « Nous avons envie de revenir à la base de la magie, à ce sentiment magique quand le réel se trouble », analyse Etienne Saglio. À force d’user des prestidigitateurs, de leurs boîtes et de leurs défis permanents, on avait perdu cette sensation très puissante du réel qui devient soudain incroyable. »

Pour Pedro Miguel Silva, qui pratique la discipline depuis plusieurs années, le cirque et la magie nouvelle était destinés à se croiser. « Tous les deux jouent sur l’impossibilité du corps, le fait de faire des choses extraordinaires », lance l’artiste portugais, formé en acro-danse à l’Ésac, avant d’apprendre la magie nouvelle au Cnac à Châlons, seul lieu à dispenser ce genre de formation. Avec sa compagnie Watewam, Pedro Miguel Silva aide les compagnies à créer des « tours » : lévitation, vol d’objets dans les airs, ralentis cinématographiques. Il leur fait alors signer un contrat de confidentialité. « Ce contrat stipule que les artistes ont le droit d’utiliser la technique dans un spectacle précis mais pas dans d’autres spectacles. » C’est exactement la procédure qu’ont suivi, en 2017, Michèle-Anne De Mey et Jaco Van Dormael pour créer Amor, où la danseuse s’envolait en apesanteur. « Nous avons ‘acheté’ le tour de magie. Vous savez, comme avant, quand on payait 50 francs au magicien pour qu’il révèle son truc. Eh bien, c’est un peu la même chose sauf qu’ici, on emprunte tout le dispositif », nous dévoilait à l’époque Jaco Van Dormael.

De son côté, Pedro Miguel Silva relativise la culture du secret. « Au niveau des trucages, aujourd’hui, on trouve tout sur Internet. Mais il n’y a pas que le ‘truc’ : il y a aussi des techniques d’écriture, de détournement de l’attention, de rythme. Quand les gens voient un fil, ils ont l’impression d’avoir tout compris mais ce n’est qu’une partie infime de la magie. » La partie immergée de l’iceberg tient surtout en une série de contraintes techniques et un décor (souvent dicté par l’obscurité) qui se transforme en « matière à rêver », selon l’expression de la scénographe Claire Jouët-Pastré. Le rêve et l’émerveillement, voilà peut-être les principaux agrès des nouveaux magiciens. « Avant, vous aviez quelqu’un qui disait : ‘Regardez-moi, j’ai des pouvoirs magiques’ », souligne Pedro Miguel Silva. « Mais aujourd’hui, le rôle du magicien n’existe plus. Il ne s’agit plus de comprendre comment ça marche, mais de se laisser emporter dans une émotion, de renouer avec une part d’enfance. » Même conclusion chez Etienne Saglio : « De la même façon que, quand on voit une marionnette, on oublie souvent le marionnettiste, j’essaie de retrouver cette complicité avec le spectateur qui fait qu’il ne cherche plus à voir le trucage. »

CATHERINE MAKEREEL


Mode d’emploi : L’individu coupé en deux

C’est loin d’être de la magie nouvelle, mais ça fait toujours son petit effet. Plus saisissant qu’un banal tour de cartes, l’illusion consistant tout d’abord à découper une personne en deux (généralement votre assistante) et ensuite à la recoller fera la joie de votre auditoire. C’est en tout cas l’avis général, depuis qu’un certain Torrini s’y serait essayé le premier devant le Pape Pie VII en 1809. Il ne vous faudra pas énormément de matériel : tout dépendra du génie de votre (voire de vos) partenaire(s), dont la souplesse sera déterminante, comme on pourra le découvrir dans le mode d’emploi ci-dessous. Votre responsabilité sera de choisir la scie la plus effrayante possible. Ne lésinez pas sur le ketchup, ça pimente.

LAURENT ANCION

 

 

1. Belle découpe, très nette. Comment obtenir semblable résultat sans blesser personne ?

 

 

2. Votre premier assistant ne s’allonge pas, mais se recroqueville, pendant que le deuxième, caché d’avance dans son cube, sort ses pieds au moment ad hoc.

 

 

3. Principe relativement similaire, sauf que le comparse est caché dans la table (creuse) sur laquelle le public croit que les cubes reposent.

 

 

4. Plus simple si vous manquez de personnel : votre assistant s’allonge dans la cavité ménagée dans la table. Les pieds sont factices, c’est moins visuel.

 

 

5. Le même tour, de dos et sans la boîte. Comment découper l’individu à la vue de tous ?

 

 

6. Selon un principe connu, les tables creusent permettent de préalablement dissimuler une partie des corps, en coulisses bien entendu.

 

Bon amusement !

 

L’œil de la maestria

Claire Jouët-Pastré est conceptrice et réalisatrice de décors. Elle s’intéresse de près à l’illusion et travaille notamment avec Yann Frisch. Dans un texte qu’elle signe dans Poétiques de l’illusion (1), elle rappelle que tout effet magique est lié à celui qui le regarde. « Ce ne sont pas nos yeux qui déterminent ce que nous voyons. Notre vision du monde dépend bien plus de la façon dont notre cerveau traite les informations et leur accorde ou non du crédit. Prenons un exemple concret : il paraîtrait qu’après une attaque cérébrale, certains patients souffrent de négligence spatiale unilatérale, ce qui les conduit par exemple à ignorer la nourriture se trouvant dans la partie gauche de leur assiette. Leurs yeux ont beau fonctionner parfaitement, ils ne perçoivent plus que la partie droite de leur champ de vision. Pour eux, la partie gauche n’existe plus. Elle ne fait plus partie de leur réalité. (…) Le seul monde que nous connaissons est celui que notre cerveau invente pour nous en permanence et, finalement, la perception que nous croyons conforme à ce qu’il est réellement n’est pas si sûre. Les magiciens, illusionnistes et mentalistes savent utiliser ces défaillances, voilà pourquoi leurs pratiques m’intéressent. »

CATHERINE MAKEREEL

(1) Coédité par Alternatives Théâtrales, THEMAA, l’Institut International de la Marionnette et le Centre national des arts du cirque pour la chaire ICiMa.

Tags :

Chaliwaté distingué par la SACD

Voilà plus de dix ans que la Compagnie Chaliwaté nous enchante sans mot dire, avec des spectacles à l’écriture singulière,…

Le cirque bisse aux Prix de la critique

Pour sa cuvée 2017-18, le jury du Prix de la critique, qui distingue chaque année les spectacles et personnalités les…

XS confirme son goût du cirque

Pour la 8e fois, le Théâtre National se prépare à une mue XXL baptisée… « XS ». Pendant trois jours, à la…

L’amour à bras-le-corps

Le cirque peut-il dire le temps qui passe, l’amour qui s’élance, se lasse, retrouve sa place ? Oui, et c’est un…

Des espoirs devenus grands

Au cœur de l’Eurométropole, La Piste aux espoirs est le sas circassien entre la Belgique et la France. C’est vrai…

10 bougies sur les pistes

On ne va pas chipoter : Hors Pistes est un focus plutôt qu’un festival. Pour le dixième anniversaire de l’aventure, les…

Le cirque, cette autre famille

Irréductiblement lié à l’enfance, l’univers du cirque existe depuis toujours dans les livres jeunesse. Derrière certains clichés se cachent surtout de précieuses histoires de rencontres, des espoirs d’ailleurs, des vies...

Le cirque, source de cohésion locale

La formation aux arts du cirque peut être un formidable outil pédagogique pour créer du lien et de la convivialité. On s’est glissé dans les ateliers de Circus Zonder Handen...

L’école, un terrain d’exploration ?

Et si les écoles supérieures en arts du cirque étaient les premiers laboratoires, ceux qui permettent de chercher… et d’apprendre à chercher ? De nombreux lieux d’enseignements redoublent d’imagination sur ce...

Faut-il en finir avec la virtuosité ?

Dans une série de lettres passionnantes adressées aux artistes, Bauke Lievens, chercheuse, dramaturge et créatrice belge, invite le cirque à se libérer des disciplines et des agrès pour atteindre une...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Catherine Makereel

Catherine Makereel

Journaliste indépendante (Le Soir).