Maggy Jacot et Axel De Booseré

Jan/Fév/Mars 2018

Co-fondateurs de la compagnie Arsenic (Le dragon, Éclatsd’Harms, Le géant de Kaillass,…), Maggy Jacot (plasticienne, scénographe, costumière) et Axel De Booseré (metteur en scène et par ailleurs directeur du Festival de Spa) animent aujourd’hui la Compagnie Pop-Up. Ils y poursuivent en binôme un passionnant travail de recherche sur les formes, forgeant un théâtre délié du réalisme et toujours porteur de sens.

« Depuis toujours, le cirque nous attire et nous inspire. Nous avons d’ailleurs pour projet (encore en forme de grand point d’interrogation !) de créer un spectacle qui unisse le cirque au théâtre. Notre langage scénique est hybride : il se nourrit des différentes formes des arts de la scène. Ne pas se contenter d’un code, plonger dans chaque séquence d’un spectacle comme sur un terrain de jeu où tous les genres sont permis : nous jubilons à offrir un cocktail joyeux, que l’on rêve toujours impertinent et ludique !

C’est dans nos premiers spectacles que l’influence circassienne est la plus visible. Outre le lien de parenté suggéré par le chapiteau dans lequel se déroulaient nos premiers projets, nous nous sommes clairement inspirés des numéros de cirque comme matière de jeu révélant le propos du texte, par exemple pour une séquence de femme sans tête… Dans le cabaret d’Éclatsd’Harms, on pourrait presque dire que nous faisions alors occasionnellement de la « magie nouvelle », ces événements magiques mettant en place l’univers dans lequel se déroule l’histoire. Ces mélanges, qu’ils viennent du cirque, de la marionnette, des arts plastiques ou de la musique, ne sont jamais pour nous une simple épice : ils nourrissent le sens.

Si, dans nos créations, le langage du corps est aussi important que celui de la parole, nous n’avons pas encore collaboré en direct avec des circassiens. Mais nous multiplions nos recherches et nos rencontres, nous allons voir un maximum de spectacles… Ce qui nous fascine avec le cirque, c’est sa capacité à transmettre une émotion qui ne passe pas par les mots, mais par le corps. Nous voudrions intégrer à notre travail cette expression qui touche à l’indicible. Est-ce que ça marcherait si ce langage côtoyait le dicible des mots ? Est-ce que le langage uniquement physique est compatible avec une narration textuelle ?

Tous nos spectacles précédents, chacun à leur façon, sont le fruit d’une recherche sur l’onirisme fantastique. Un univers volontiers expressionniste, séquencé, mélangé, mis en place par l’alliage de la scénographie, des éclairages, du son, des costumes, du jeu d’acteur… Nous pensons que grâce au cirque, nous pourrions aller beaucoup plus loin dans ces recherches de réalités altérées et décalées – toujours au profit d’une histoire à raconter. »

 

Tags :

Jessika, le cirque qui libère

Une école de cirque en Palestine ? N’y a-t-il pas d’autres urgences ? Pendant plus de dix ans, la Belge Jessika Devlieghere a participé à cette aventure collective qui a changé le...

Vos Désirs sont DésOrdres Par la compagnie Bêtes à Plumes

Un rideau de velours rouge, nous voici dans le salon cosy d’une demeure bourgeoise. Un couple de domestiques s’affaire, époussette, astique, range, s’empare d’un abat-jour, le transforme en robe à…

Talk Show Par Gaël Santisteva

Voilà bien un spectacle que Michel Polnareff n’aurait jamais mis en scène (hélas), lui qui déclarait en 2014 : « Oui, le cheminement artistique est parfois difficile. Mais on est comme les…

Spiegel im spiegel Par la compagnie Side-Show

Vous vous êtes déjà vus ? À vous regarder dans le miroir ! À vous jauger, vous toiser, vous moquer de votre reflet. Le miroir nous impose une certaine conscience de nous-même,…

MÉMOIRE(S) Par la Compagnie du Poivre Rose

Il y a de l’excitation dans l’air quand commence Mémoire(s) de la Compagnie du Poivre Rose. Les artistes invitent quelques spectateurs en scène pour une photo. Clic, une image qui…

Exodos Par Unités/Nomade

Le poing levé, sur une scène encore vide, le circassien Kritonas Anastasopoulos et la danseuse Maja Zimmerlin calent leur regard dans le nôtre : c’est très clairement une révolution que le…

Cirques aux espoirs

Que peut le cirque face à la situation des migrants ? Outre son travail hors Europe, dans des camps de réfugiés, Clowns sans Frontières agit aussi en Belgique, dans certains centres...

Quelle parité pour le cirque ?

À Bruxelles, on constate une bonne représentation des femmes à la tête d’institutions circassiennes. Mais cette parité très locale ne doit pas dissimuler les inégalités plus générales : dans les arts...

Une révolution par la peau

Longtemps marmite à stéréotypes (homme musclé, fille sexy), le cirque bouillonne aujourd’hui d’une piquante génération de collectifs féminins, dont les spectacles défient avec force et naturel la théorie des genres...

Devenir mère

Tonicité, endurance, dépassement de soi : le corps de la circassienne est son outil de travail. Comment vit-elle une grossesse ? Peut-on continuer l’entraînement ? Après l’accouchement, ça se passe comment ? Vanina Fandino...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.