Spiegel im spiegel Par la compagnie Side-Show

Jan/Fév/Mars 2018

Vous vous êtes déjà vus ? À vous regarder dans le miroir ! À vous jauger, vous toiser, vous moquer de votre reflet. Le miroir nous impose une certaine conscience de nous-même, il nous rend humain, différent de l’animal, notre cerveau permettant une distanciation avec cet autre soi. C’est bien là le point de départ de la nouvelle création de la compagnie Side-Show, Spiegel im spiegel, deuxième volet d’une trilogie sur la représentation (Wonders ouvrait le triptyque en 2013).

Tout commence en duo/duel d’une de ses interprètes, passant de l’hilarité à l’inquiétude, face à son propre reflet. Le rideau se lève. Dans l’obscurité, la réflexion des corps et des jeux de lumières forme des créatures sans tête, uniquement composées de jambes. Derrière des rectangles translucides, bientôt opacifiés par des arabesques de peinture blanche, six artistes entament une danse fébrile et synchronisée, soulignée par un travail sonore sombre et lancinant.

Ces illusions font place à un plateau nu, illuminé et surplombé d’un énorme miroir incliné. Il reflète le jeu de ces danseurs et acrobates qui en solo, duo ou groupe, ne cesseront de nous faire sautiller de part et d’autre de la frontière entre la réalité et son reflet. Est-ce une paroi qu’on escalade (dans le miroir) ou une danse rampée (sur scène) ? Bien qu’on cherche parfois le fil de la narration, ce dispositif nous invite à prendre de la hauteur par rapport à des corps, petits et grands, féminins et masculins, qui se tordent, s’enlacent et se rejettent. Tantôt les roulades deviennent des chutes, tantôt les personnages allongés sont en fait bien debout.

Fondée par une scénographe, Aline Breucker, et un acrobate, Quintijn Ketels, la compagnie tient à garder dans ses créations la pluridisciplinarité de ses membres en alliant cirque, danse, théâtre et arts visuels. Les inspirations piochent dans la littérature (Lewis Carroll), la musique et les arts. Toutes nourrissent ici une esthétique qui séduit. Et même si, lors de la première au Theater op de Markt à Neerpelt, il restait à résoudre l’un ou l’autre défi technique, on plonge avec curiosité dans cette riche réflexion sur ce qui est et qui n’est pas, sur ce qui se voit et ce qui reste secret.

 

-> Vu le 28/10 au Theater op de Markt, à Neerpelt.

Le 12/01 au Cultureel Centrum de Lokeren ; le 24/02 au Cultureel Centrum De Woeker d’Audenarde ; les 15 et 16/03/2018 au 140, dans le cadre du Festival UP! à Bruxelles ; les 30/06 et 01/07 au Festival Perplx à Courtrai. www.side-show.be

Tags :

Jessika, le cirque qui libère

Une école de cirque en Palestine ? N’y a-t-il pas d’autres urgences ? Pendant plus de dix ans, la Belge Jessika Devlieghere a participé à cette aventure collective qui a changé le...

Vos Désirs sont DésOrdres Par la compagnie Bêtes à Plumes

Un rideau de velours rouge, nous voici dans le salon cosy d’une demeure bourgeoise. Un couple de domestiques s’affaire, époussette, astique, range, s’empare d’un abat-jour, le transforme en robe à…

Talk Show Par Gaël Santisteva

Voilà bien un spectacle que Michel Polnareff n’aurait jamais mis en scène (hélas), lui qui déclarait en 2014 : « Oui, le cheminement artistique est parfois difficile. Mais on est comme les…

MÉMOIRE(S) Par la Compagnie du Poivre Rose

Il y a de l’excitation dans l’air quand commence Mémoire(s) de la Compagnie du Poivre Rose. Les artistes invitent quelques spectateurs en scène pour une photo. Clic, une image qui…

Exodos Par Unités/Nomade

Le poing levé, sur une scène encore vide, le circassien Kritonas Anastasopoulos et la danseuse Maja Zimmerlin calent leur regard dans le nôtre : c’est très clairement une révolution que le…

Cirques aux espoirs

Que peut le cirque face à la situation des migrants ? Outre son travail hors Europe, dans des camps de réfugiés, Clowns sans Frontières agit aussi en Belgique, dans certains centres...

Quelle parité pour le cirque ?

À Bruxelles, on constate une bonne représentation des femmes à la tête d’institutions circassiennes. Mais cette parité très locale ne doit pas dissimuler les inégalités plus générales : dans les arts...

Une révolution par la peau

Longtemps marmite à stéréotypes (homme musclé, fille sexy), le cirque bouillonne aujourd’hui d’une piquante génération de collectifs féminins, dont les spectacles défient avec force et naturel la théorie des genres...

Devenir mère

Tonicité, endurance, dépassement de soi : le corps de la circassienne est son outil de travail. Comment vit-elle une grossesse ? Peut-on continuer l’entraînement ? Après l’accouchement, ça se passe comment ? Vanina Fandino...

Un corps, plus seulement un décor

Alors que la ressource en muscles pourrait établir une inusable différenciation entre les sexes, le cirque actuel déjoue les clichés. On remarque une large féminisation de disciplines naguère masculines, comme...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Nicolas Naizy

Nicolas Naizy

Journaliste, Nicolas Naizy suit avec curiosité et attention l'effervescence de l'actualité culturelle à Bruxelles et en Belgique. Ses sujets de prédilection: les arts de la scène bien évidemment qu'il suit et critique pour Radio Campus et C!RQ en CAPITALE, mais aussi la littérature et la bande dessinée pour diverses publications.