Exodos Par Unités/Nomade

Jan/Fév/Mars 2018

Le poing levé, sur une scène encore vide, le circassien Kritonas Anastasopoulos et la danseuse Maja Zimmerlin calent leur regard dans le nôtre : c’est très clairement une révolution que le jeune duo semble vouloir entamer, le menton haut, tandis qu’à nos oreilles parvient la bande son de manifestations populaires. Cette révolution sera-t-elle politique, artistique, poétique ? Loin de vouloir choisir, Exodos va mélanger, malaxer presque, ces différentes possibilités, pour un résultat parfois déroutant, qui allie sans un mot les images d’une grande lisibilité (le poing levé) et les constructions beaucoup plus intuitives, voire primitives, puisque les corps vont notamment se confronter à la pierre, à la terre ou au sable, touchant à l’abstraction.

Il y a de l’actualité et du mythe dans cet Exodos, rêvé dès le départ avec le metteur en scène Michel Bernard. Touchés au cœur par les insurrections qui tentent de changer le cours des choses en Europe et à travers le monde, le trio a voulu inscrire physiquement la question qui le taraude : comment sortir d’une crise ? Le mouvement des peuples rejoint ici le mouvement des corps, également inspirés par des récits anciens (le mythe de Deuclion et Pyrrha, où un homme et une femme voient leur descendance naître des pierres qu’ils jettent). De l’image claire et nette du début, quasi documentaire, on passera ainsi à des jeux qui évoquent les premiers temps de la terre. La scène comme les corps se couvre d’éléments naturels (tourbe, poussière blanche, sable) et le rythme se fait plus lent, voire languissant, passant de la convulsion des corps à un jeu d’équilibre, à une marche sur des pierres ou à leur empilement éphémère (« rock balancing »).

Si toutes ces louables intentions nous égarent parfois en cours de route, la plus belle des révolutions est sans doute ailleurs : dans le parcours des interprètes eux-mêmes. Kritonas, naguère roi de la bascule (avec Acrobarouf ou au Cirque du Soleil), et Maja, formée en danse au Conservatoire d’Anvers, osent remettre en question leurs acquis, leurs appuis. Comment la fluidité de la danse contemporaine peut-elle inspirer la tonicité du cirque (et inversement) ? D’un point de vue technique, il est intéressant de voir comment un même mouvement se déploie différemment selon l’entraînement initialement reçu. Mêlant avec cœur une foule de genres (Taï Chi, un zeste de hip hop, acrobaties fugaces, danse bien sûr), le duo s’ouvre des perspectives qui annonce de beaux lendemains.

-> Vu le 14/11 au Théâtre Marni, à Ixelles.

En tournée.

Tags :

Jessika, le cirque qui libère

Une école de cirque en Palestine ? N’y a-t-il pas d’autres urgences ? Pendant plus de dix ans, la Belge Jessika Devlieghere a participé à cette aventure collective qui a changé le...

Vos Désirs sont DésOrdres Par la compagnie Bêtes à Plumes

Un rideau de velours rouge, nous voici dans le salon cosy d’une demeure bourgeoise. Un couple de domestiques s’affaire, époussette, astique, range, s’empare d’un abat-jour, le transforme en robe à…

Talk Show Par Gaël Santisteva

Voilà bien un spectacle que Michel Polnareff n’aurait jamais mis en scène (hélas), lui qui déclarait en 2014 : « Oui, le cheminement artistique est parfois difficile. Mais on est comme les…

Spiegel im spiegel Par la compagnie Side-Show

Vous vous êtes déjà vus ? À vous regarder dans le miroir ! À vous jauger, vous toiser, vous moquer de votre reflet. Le miroir nous impose une certaine conscience de nous-même,…

MÉMOIRE(S) Par la Compagnie du Poivre Rose

Il y a de l’excitation dans l’air quand commence Mémoire(s) de la Compagnie du Poivre Rose. Les artistes invitent quelques spectateurs en scène pour une photo. Clic, une image qui…

Cirques aux espoirs

Que peut le cirque face à la situation des migrants ? Outre son travail hors Europe, dans des camps de réfugiés, Clowns sans Frontières agit aussi en Belgique, dans certains centres...

Quelle parité pour le cirque ?

À Bruxelles, on constate une bonne représentation des femmes à la tête d’institutions circassiennes. Mais cette parité très locale ne doit pas dissimuler les inégalités plus générales : dans les arts...

Une révolution par la peau

Longtemps marmite à stéréotypes (homme musclé, fille sexy), le cirque bouillonne aujourd’hui d’une piquante génération de collectifs féminins, dont les spectacles défient avec force et naturel la théorie des genres...

Devenir mère

Tonicité, endurance, dépassement de soi : le corps de la circassienne est son outil de travail. Comment vit-elle une grossesse ? Peut-on continuer l’entraînement ? Après l’accouchement, ça se passe comment ? Vanina Fandino...

Un corps, plus seulement un décor

Alors que la ressource en muscles pourrait établir une inusable différenciation entre les sexes, le cirque actuel déjoue les clichés. On remarque une large féminisation de disciplines naguère masculines, comme...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.