Skip to content

Le Mot [TEMPS]

Oct/Nov/Déc 2019

Le « temps », c’est bien connu, n’existe pas. Pour s’en convaincre, il suffit de trébucher dans un trou noir et de dériver dans une éternité soudaine (prévoyez quand même vos tartines). En attendant, chacun admettra que, sur Terre, nous semblons soumis à un « milieu indéfini où paraissent se dérouler irréversiblement les événements dans leur succession » (dixit le Petit Robert). En cirque, on ne rigole pas avec ce temps-là, car il est garant de l’intégrité physique. Les gestes successifs de l’acrobate sont précisément sécurisés par la conscience des « temps » qui articulent son mouvement. « Marquer un temps » permet de retrouver furtivement son équilibre ou de varier l’axe au sein d’une figure. Signal sonore de ces « temps » essentiels : les « hap » ou les « hop », ces onomatopées qui servent littéralement à marquer le temps. Ils permettent par exemple au professeur d’indiquer à l’élève quand il doit sauter ; entre acrobates, ce « hap » ou ce « hop » sert de signal de départ du voltigeur à son porteur. Le « temps » est aussi cette brève suspension qui permet à une blague de devenir drôle, chez le clown. Car, malgré la relativité, le cirque sait que son premier défi reste la gravité.

Tags :

Les Compagnies de Cirque bruxelloises à la loupe

Les Compagnies interrogées ont été jugées comme « Compagnies de Cirque bruxelloises » sur des critères mêlant objectivité et subjectivité : le siège social de l’asbl/vzw est à Bruxelles, les...

On the Road

Dans les bagages des nouvelles créations circassiennes, on trouve une harpe qui dialogue avec des balles de jonglerie, du thé servi à des inconnus, des balles de ping-pong qu’on s’échange...

20 ans et toujours la banane

En 1999, il y a tout juste 20 ans, le cirque était reconnu en Fédération Wallonie-Bruxelles. Un titre d’« art officiel » qui a aidé au développement et à la...

Dans le labo de Sanctuaire Sauvage

Peut-on faire « sentir » le cirque aux spectateurs par d’autres sens que la vue ? Depuis trois ans, le Collectif Rafale mène un laboratoire où les sons, les textures et les corps...

Europe goes circus

En prônant l’une comme l’autre « l’union dans la diversité », l’Europe et le cirque ont tout du couple idéal. Qu’en est-il en pratique ? Petit tour d’horizon de projets européens qui permettent...

L’alchimie : l’ingrédient secret des compagnies

Comme en amour, en amitié ou en famille, la longévité des liens au sein d’une compagnie repose sur un ingrédient essentiel : l’alchimie. Ce mot un peu mystérieux cache une réalité...

Une semaine intrépide

Gaëlle Coppée (Compagnie Scratch) écrit tout, en pattes de mouches, sur un calendrier fait main. Gaspard Herblot (Compagnie Airblow) s’organise sur son smartphone. Et Isabelle Dubois (Compagnie La Bête à...

Trois aventures à la loupe

Comment se choisit-on un nom ? Quels avantages y a-t-il à se structurer en compagnies ? Quelles contraintes, quels pièges aussi ? Pourquoi établir son siège et travailler à Bruxelles ? Voici quelques éléments...

Un Prix Maeterlinck pour La vrille du chat

Belle reconnaissance pour le cirque contemporain. Pour la quatrième année consécutive, les Prix de la Critique – qui portent désormais le nom de « Prix Maeterlinck » – ont associé…

Artiste, mode d’emploi

Pour traverser la jungle, l’explorateur vous recommandera la machette. Pour ne plus vous perdre dans les dédales juridiques de la profession artistique, vous voilà armés : le guide A comme…

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.
Scroll To Top