Le CirK est mort, vive le CirK

Avr/Mai/Juin 2019

En janvier, l’Espace Catastrophe apprenait que la Commune de Koekelberg renonçait au projet de centre de création, le CirK, dont le chantier devait pourtant commencer en mars. Ce coup de massue n’a pas eu raison des élans, ni des besoins : depuis, les forces, notamment politiques, se rassemblent.

Sur le moment, la décision du Collège communal de Koekelberg de mettre fin au projet de construction du CirK a pris tout le monde de court. À quelques semaines du début attendu de la première phase des travaux, l’incompréhension était totale. À l’étude depuis près de dix ans, la sortie de terre de l’ambitieux centre de création pour le cirque était aussi espérée qu’attendue. De tous les gradins du secteur circassien – et au-delà –, les réactions unanimes sont à la mesure de la déception. « C’est le coup de massue. C’est déjà compliqué de trouver des partenaires et des salles pour accueillir les artistes. On peut de nouveau repartir vers la débrouille pour quelques années », regrette Philippe Vande Weghe, nouveau directeur de l’Esac. « On a un besoin urgent d’un pôle structurant pour l’ensemble de la filière cirque. Aujourd’hui, les jeunes artistes qui veulent pratiquer leur art de manière professionnelle et non épisodique, en montant leurs propres compagnies sont obligés d’aller ailleurs », ajoute Isabelle Jans d’Aires Libres. Par-delà nos frontières, les réactions ont aussi afflué, toutes déplorant ce coup d’arrêt pour un projet essentiel pour le cirque à Bruxelles.

Mais ce n’est pas avec les récriminations qu’on tire les bons numéros. Il n’a pas fallu longtemps à l’équipe de l’Espace Catastrophe pour laisser la stupeur au vestiaire et recharger ses batteries pour rebondir plus haut encore. Très rapidement, elle s’est vu confirmer les partenariats institutionnels (et financiers) issus de la Région de Bruxelles Capitale, Beliris et St’Art Invest, de même qu’un soutien quasi unanime de la part de la classe politique bruxelloise, tous partis confondus. Le principe en faveur d’un nouveau projet semblerait donc bien acquis. Rudi Vervoort, Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, tient cependant à souligner que Bruxelles ne peut être laissée seule face à cet enjeu. « C’est un projet qui a une vocation nationale et internationale. Il doit donc, en termes d’investissements, également être supporté par les autres niveaux de pouvoir, notamment les communautés et le fédéral », affirme-t-il.

Répondre aux nécessités du secteur

Fort de ces soutiens, l’Espace Catastrophe souhaiterait monter d’un cran les ambitions. « Plus que jamais, le projet répondra aux nécessités du secteur, des artistes, des compagnies en combinant les fonctionnalités des espaces de travail dédiés à la recherche, l’entraînement, la transmission, la création et la diffusion. Mais aussi en venant en renfort de la filière ‘enseignement’ par des partenariats avec des écoles secondaires développant une option Cirque (1) », précise Benoît Litt, codirecteur de l’Espace Catastrophe.

La Région se montre ouverte à chercher et proposer des lieux d’implantation pour le futur centre de création circassienne, comme l’indique Rudi Vervoort : « Nous disposons d’outils de planification et de rénovation urbaine qui permettent d’inscrire ce projet spécifique dans un projet plus global de réaménagement de quartier. »

Il est évident que le CirK à venir sera sensiblement différent de l’ancien projet (2). « Nous avons la conviction que tout le monde comprend aujourd’hui qu’un projet de construction destiné au cirque contemporain implique des dimensions et des gabarits spécifiques. Mais, en fonction de la localisation qui sera proposée, on ne va pas pour autant développer le même projet dans un quartier très dense ou dans une implantation ouverte sur l’espace public », explique Benoît Litt. Remonté à bloc, il compare la situation du secteur du cirque à celle du théâtre à l’époque de la création du Théâtre National à la Tour Rogier en 1961. « Comme le théâtre, le cirque a besoin d’un bâtiment et d’infrastructures adaptées pour développer son art et permettre aux artistes de créer, de s’exprimer et de présenter leurs œuvres au public. »

 

(1) Au sujet de l’option Cirque en Humanités à Bruxelles, lire également notre article.

(2) Lire « C!RQ en CAPITALE » n°5 (octobre-décembre 2015).

Tags :

Le virus du cirque a touché l’ULB

Imperturbablement, la piste élargit son cercle : en l’occurrence, son cercle étudiant. Pour la première fois, le cirque contemporain s’est invité au Théâtre Ouvert de Bruxelles, ce festival organisé depuis 12…

Pub Show Urbain (Critique)

Par les compagnies Lady Cocktail et Du Grenier au Jardin Que se passerait-il si, tel une série du dimanche soir à la télé, un spectacle était entrelardé de publicités ?…

Cirque suisse, un Romand contemporain

Le grand public ne jure encore que par la tradition de Knie ou de Nock. Mais la révolution est en cours : le cirque suisse a commencé à écrire ses pages...

Rester connecté

Pour le praticien de cirque, l’apprentissage est sans fin. Quels sont les outils pour sa formation continue ? Si la transmission se poursuit en stages et workshops complémentaires, la génération « geek »...

Hircus (Critique)

Par la Compagnie des Chaussons Rouges Le funambulisme ou l’art de regarder droit devant soi. La discipline demande une concentration intense, où le corps et l’esprit s’unissent dans un même…

Transmettre en bonne compagnie

Scolaire, cadrée dans des manuels, la transmission est aussi empirique – et heureusement. Comment se passe l’échange des savoirs au sein des compagnies ou en famille ? La transmission s’y joue en...

Une pédagogie de l’écoute

Les pratiques du cirque contemporain sont en mutation constante. Comment les écoles supérieures accompagnent-elles ce mouvement ? Par la diversification des formateurs et des approches, les établissements veulent transmettre la curiosité,...

Le zoom arrière d’Anne Kumps

La « dame loyale » des Halles de Schaerbeek s’apprête à tirer sa révérence. Programmatrice cirque, Anne Kumps a suivi de près l’évolution des pistes contemporaines : elle analyse avec nous le boom...

« On reconnaît un maître à son humilité »

Héritée de la nuit des temps, la figure du maître reste présente dans le cirque d’Europe occidentale. Le rapport maître-élève est toutefois basé sur l’écoute plutôt que sur la contrainte,...

« Le partage est dans l’ADN du cirque »

En cirque, la notion de « transmission » dépasse de loin les lois de la mécanique. Comment le mouvement se transmet-il ? Que ce soit en écoles, en famille ou en (bonnes) compagnies,...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Gilles Bechet

Gilles Bechet

Giles Bechet est journaliste freelance. Curieux de tout, il aime se perdre dans la culture, celle qui pousse en salle, sous chapiteau et dans les terrains en friche. Pour y rencontrer toutes sortes de gens, des gens qui voient, qui ont vu et qui font voir. Ou qui ne font rien du tout et le font bien.