Hircus (Critique)

Avr/Mai/Juin 2019

Par la Compagnie des Chaussons Rouges

Le funambulisme ou l’art de regarder droit devant soi. La discipline demande une concentration intense, où le corps et l’esprit s’unissent dans un même objectif simple mais vital : poser un pied devant l’autre dans une pesanteur fragile. Aussi, quand on voit des artistes circuler sur le fil avec l’aisance d’un chat, on ne peut qu’être admiratif. L’élégance caractérise le travail de la Compagnie des Chaussons rouges, tout comme une volonté de sortir le funambulisme de son ornière haut perchée. En 2013, le duo originel composé de la Belge Audrey Bossuyt et l’Italienne Marta Lodoli proposait dans son premier spectacle, Petite Navigation céleste, une danse de l’équilibre et de l’osmose.

Ajoutez à présent une troisième paire de jambes sur le câble tendu, et le challenge n’en sera que plus audacieux. Confrontation ou harmonie ? Les deux, mon funambule. Dans Hircus, Julia Brisset (après Mariona Moya lors de la création au festival de Chassepierre en 2017) vient taquiner l’équilibre d’un duo bien en place. En retenue, les trois acrobates se la jouent guerrières, en tenues rouges, faisant tournoyer leur balancier avec la maîtrise de maîtres Shaolin perchés sur leur piquet en bambou. Chaque pied de plus sur le fil fait vibrer l’ensemble, l’équilibre est une question de maîtrise. En cas de faux pas, le même verdict pour toutes. Mais elles s’obstinent et, au son d’une ambiance sonore crée par Mark Dehoux et Simon Thierrée, le ballet se coordonne dans une étrange « danse du mille-pattes » : la première avance son pied, la seconde pose le sien à la place laissée libre et la troisième enchaîne le pas. Elles ne forment plus qu’un. La douce espièglerie de « l’intruse » a laissé place à la sérénité de l’ensemble, là où les individualités menaçaient. Le public reste silencieux, comme si le moindre souffle pouvait faire chavirer le trio.
Les duos se succèdent. Mais Hircus (nom latin de la chèvre domestique, capra hircus) chante finalement à l’unisson. « Solitaires mais grégaires » ou « L’union fait la force » pourraient être les sous-titres d’un spectacle sobre et gracieux, où seule peut-être une pincée d’humour supplémentaire dans les interactions de ses interprètes nous a manqué.

 

Vu le 11/11/2018 au Festival En l’air, à Court-Saint-Étienne.
Les 27 et 28/04 au Festival Prise de CirQ’ à Dijon (France), le 26/05 au Voenk Festival à Jette, le 30/05 au Festival Namur en Mai à Namur, le 13/07 à La Nuit des Merveilles à Bettembourg (Luxembourg), les 20/07 à De Haan, le 10/08 à Crazycircus au Château de Louvignies (Soignies), les 14 et 15/09 en ouverture de saison à De Warande, à Turnhout.

Tags :

Le virus du cirque a touché l’ULB

Imperturbablement, la piste élargit son cercle : en l’occurrence, son cercle étudiant. Pour la première fois, le cirque contemporain s’est invité au Théâtre Ouvert de Bruxelles, ce festival organisé depuis 12…

Pub Show Urbain (Critique)

Par les compagnies Lady Cocktail et Du Grenier au Jardin Que se passerait-il si, tel une série du dimanche soir à la télé, un spectacle était entrelardé de publicités ?…

Cirque suisse, un Romand contemporain

Le grand public ne jure encore que par la tradition de Knie ou de Nock. Mais la révolution est en cours : le cirque suisse a commencé à écrire ses pages...

Rester connecté

Pour le praticien de cirque, l’apprentissage est sans fin. Quels sont les outils pour sa formation continue ? Si la transmission se poursuit en stages et workshops complémentaires, la génération « geek »...

Transmettre en bonne compagnie

Scolaire, cadrée dans des manuels, la transmission est aussi empirique – et heureusement. Comment se passe l’échange des savoirs au sein des compagnies ou en famille ? La transmission s’y joue en...

Une pédagogie de l’écoute

Les pratiques du cirque contemporain sont en mutation constante. Comment les écoles supérieures accompagnent-elles ce mouvement ? Par la diversification des formateurs et des approches, les établissements veulent transmettre la curiosité,...

Le zoom arrière d’Anne Kumps

La « dame loyale » des Halles de Schaerbeek s’apprête à tirer sa révérence. Programmatrice cirque, Anne Kumps a suivi de près l’évolution des pistes contemporaines : elle analyse avec nous le boom...

« On reconnaît un maître à son humilité »

Héritée de la nuit des temps, la figure du maître reste présente dans le cirque d’Europe occidentale. Le rapport maître-élève est toutefois basé sur l’écoute plutôt que sur la contrainte,...

« Le partage est dans l’ADN du cirque »

En cirque, la notion de « transmission » dépasse de loin les lois de la mécanique. Comment le mouvement se transmet-il ? Que ce soit en écoles, en famille ou en (bonnes) compagnies,...

Simon Thierrée

Simon Thierrée, né à Rennes en 1980, est compositeur et violoniste. Il joue et compose pour des compagnies de cirque et de danse dans toute l’Europe et ailleurs. Il produit...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Nicolas Naizy

Nicolas Naizy

Journaliste, Nicolas Naizy suit avec curiosité et attention l'effervescence de l'actualité culturelle à Bruxelles et en Belgique. Ses sujets de prédilection: les arts de la scène bien évidemment qu'il suit et critique pour Radio Campus et C!RQ en CAPITALE, mais aussi la littérature et la bande dessinée pour diverses publications.