Le mot [Barre]

Avr/Mai/Juin 2019

« Tiens bon la barre », chantait inlassablement Hugues Aufray. En cirque, il ne s’agit pas de la lâcher non plus, ou alors en connaissance de cause. Qu’elle soit fixe, souple, russe, circulaire, au sol ou de trapèze, la barre est le sceptre de l’acrobate. Le mot lui-même, cocorico, ne viendrait pas du latin, pour une fois, mais du gaulois, « barro » signifiant « planche, pieu ». En matière de cirque, on retrouve les premières traces de barre en Chine plusieurs millénaires AJC, mais aussi dans la littérature française : Rabelais, en 1534, la décrit comme « une grosse perche appuyée à deux arbres » où un individu va « sans des pieds à rien toucher » (dans Gargantua). Cette « traverse rigide » sera mise à toutes les sauces. On la retrouve au bout de deux cordes pour former le trapèze ou, beaucoup plus longue, posée sur les épaules de deux porteurs, comme tremplin pour le voltigeur qui s’y juche (barre russe). La « barre » a fait florès dans la langue française, puisqu’on la retrouve dans la salle de danse, au tribunal, dans l’écriture… D’où la célèbre expression : « Je me barre de la barre, j’ai un coup de barre », erronément attribuée à Raymond Barre, qui n’était pas trapéziste mais politicien.

Tags :

Le virus du cirque a touché l’ULB

Imperturbablement, la piste élargit son cercle : en l’occurrence, son cercle étudiant. Pour la première fois, le cirque contemporain s’est invité au Théâtre Ouvert de Bruxelles, ce festival organisé depuis 12…

Pub Show Urbain (Critique)

Par les compagnies Lady Cocktail et Du Grenier au Jardin Que se passerait-il si, tel une série du dimanche soir à la télé, un spectacle était entrelardé de publicités ?…

Cirque suisse, un Romand contemporain

Le grand public ne jure encore que par la tradition de Knie ou de Nock. Mais la révolution est en cours : le cirque suisse a commencé à écrire ses pages...

Rester connecté

Pour le praticien de cirque, l’apprentissage est sans fin. Quels sont les outils pour sa formation continue ? Si la transmission se poursuit en stages et workshops complémentaires, la génération « geek »...

Hircus (Critique)

Par la Compagnie des Chaussons Rouges Le funambulisme ou l’art de regarder droit devant soi. La discipline demande une concentration intense, où le corps et l’esprit s’unissent dans un même…

Transmettre en bonne compagnie

Scolaire, cadrée dans des manuels, la transmission est aussi empirique – et heureusement. Comment se passe l’échange des savoirs au sein des compagnies ou en famille ? La transmission s’y joue en...

Une pédagogie de l’écoute

Les pratiques du cirque contemporain sont en mutation constante. Comment les écoles supérieures accompagnent-elles ce mouvement ? Par la diversification des formateurs et des approches, les établissements veulent transmettre la curiosité,...

Le zoom arrière d’Anne Kumps

La « dame loyale » des Halles de Schaerbeek s’apprête à tirer sa révérence. Programmatrice cirque, Anne Kumps a suivi de près l’évolution des pistes contemporaines : elle analyse avec nous le boom...

« On reconnaît un maître à son humilité »

Héritée de la nuit des temps, la figure du maître reste présente dans le cirque d’Europe occidentale. Le rapport maître-élève est toutefois basé sur l’écoute plutôt que sur la contrainte,...

« Le partage est dans l’ADN du cirque »

En cirque, la notion de « transmission » dépasse de loin les lois de la mécanique. Comment le mouvement se transmet-il ? Que ce soit en écoles, en famille ou en (bonnes) compagnies,...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.