EN TUNISIE, DU CIRQUE COMME UN APPEL D’AIR

Jan/Fév/Mars 2018

Très rares sont les hommes politiques à s’aventurer dans cette région sinistrée du centre-ouest de la Tunisie, au pied de la chaîne de montagne du Chambi, encore infestée par les terroristes islamistes. En novembre dernier pourtant, même Hatem Ben Salem, le nouveau ministre de l’Education Nationale, a tenu à faire le déplacement : il voulait voir le spectacle de cirque qui résultait des quelques jours de stage donné par une petite équipe… belge. C’est en effet dans cette région où la population est totalement laissée pour compte que Lisbeth Benout, figure du cirque bruxellois (elle a créé l’Enac, future Esac, en 1996), a rêvé d’une formation pour les enfants. Avec un succès éclatant : « On avait prévu 20 participants, il y en a eu 80. On s’est adapté ! », rigole-t-elle. Dans sa valise, des bouts de ficelle : 3 monocycles, une dizaine d’échasses, quelques cerceaux et une grosse caisse de balles de tennis. Et deux complices : Mathieu Moerenhout et Jean-Pierre Pagliari, des Volcanics. « On a reçu un accueil généreux, chaleureux, heureux », s’exclame l’initiatrice. « Les enfants voulaient vivre l’instant présent, ils voulaient tout essayer. Jean-Pierre s’est concentré sur l’acrobatie, Mathieu sur le monocycle et le jonglage. On a vécu une semaine incroyable. À 7h30, les enfants, âgés de 4 à 18 ans, étaient tous là. Certains faisaient 4 ou 5 km à pied. Les derniers jours, certains ont fait les trajets en monocycle. » C’est dans l’élan du Centre Culturel des Montagnards, qui se bâtit à Semmama sous l’impulsion d’Adnen Helali, que ce projet de cirque a vu le jour. Pour Helali, licencié en langue française, prof de théâtre, c’est en luttant contre l’obscurantisme, « fléau du Chambi », qu’on luttera contre le terrorisme. « La priorité, ce sont les enfants », martèle également Lisbeth Benout. Elle a d’ailleurs profité de la présence du ministre au petit spectacle final pour le rappeler : « Il ne tient qu’à vous de faire de vos diamants de la montagne quelque chose de brillant. La balle est dans votre camp », a-t-elle indiqué à dessein. Car l’aventure, jusqu’ici soutenue par un financement participatif, est appelée à se développer. La Fondation Terras Rambourg, mécène privé soutenant déjà le développement du centre culturel, pourrait confirmer son engagement. Et un échange est en train de se rêver entre petits élèves de Semmama et de Bruxelles, avec l’aide d’une institutrice primaire de notre capitale. « Pour déjouer les préjugés, il faut se rencontrer ; que l’enfant de Bruxelles connaisse l’enfant de Semmama, et inversement », estime Lisbeth. « On me dit : ‘Comment peux-tu aller là-bas ? Tu n’as pas peur ?’. Je me demande plutôt comment je pourrais ne pas y aller ! »

Sur Facebook : <Les Petits Troubadours de Semmama>.

Jessika, le cirque qui libère

Une école de cirque en Palestine ? N’y a-t-il pas d’autres urgences ? Pendant plus de dix ans, la Belge Jessika Devlieghere a participé à cette aventure collective qui a changé le...

Vos Désirs sont DésOrdres Par la compagnie Bêtes à Plumes

Un rideau de velours rouge, nous voici dans le salon cosy d’une demeure bourgeoise. Un couple de domestiques s’affaire, époussette, astique, range, s’empare d’un abat-jour, le transforme en robe à…

Talk Show Par Gaël Santisteva

Voilà bien un spectacle que Michel Polnareff n’aurait jamais mis en scène (hélas), lui qui déclarait en 2014 : « Oui, le cheminement artistique est parfois difficile. Mais on est comme les…

Spiegel im spiegel Par la compagnie Side-Show

Vous vous êtes déjà vus ? À vous regarder dans le miroir ! À vous jauger, vous toiser, vous moquer de votre reflet. Le miroir nous impose une certaine conscience de nous-même,…

MÉMOIRE(S) Par la Compagnie du Poivre Rose

Il y a de l’excitation dans l’air quand commence Mémoire(s) de la Compagnie du Poivre Rose. Les artistes invitent quelques spectateurs en scène pour une photo. Clic, une image qui…

Exodos Par Unités/Nomade

Le poing levé, sur une scène encore vide, le circassien Kritonas Anastasopoulos et la danseuse Maja Zimmerlin calent leur regard dans le nôtre : c’est très clairement une révolution que le…

Cirques aux espoirs

Que peut le cirque face à la situation des migrants ? Outre son travail hors Europe, dans des camps de réfugiés, Clowns sans Frontières agit aussi en Belgique, dans certains centres...

Quelle parité pour le cirque ?

À Bruxelles, on constate une bonne représentation des femmes à la tête d’institutions circassiennes. Mais cette parité très locale ne doit pas dissimuler les inégalités plus générales : dans les arts...

Une révolution par la peau

Longtemps marmite à stéréotypes (homme musclé, fille sexy), le cirque bouillonne aujourd’hui d’une piquante génération de collectifs féminins, dont les spectacles défient avec force et naturel la théorie des genres...

Devenir mère

Tonicité, endurance, dépassement de soi : le corps de la circassienne est son outil de travail. Comment vit-elle une grossesse ? Peut-on continuer l’entraînement ? Après l’accouchement, ça se passe comment ? Vanina Fandino...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.