Driften Par la compagnie Petri Dish

Jan/Fév/Mars 2017

C’est au Zomer van Antwerpen, cet été, dans un entrepôt désaffecté en pleine zone industrielle, que nous avons découvert Driften de Petri Dish. Un lieu qui collait à merveille à l’ambiance « Twin Peaks » d’un spectacle de cirque « à la dérive » (définition de Driften). Dans un appartement attaqué par une végétation vivace, voire vivante, les uns serpentent comme des lézards, les autres sont emportés par des tempêtes invisibles, les lits se transforment en mât chinois, les couples se reniflent, les conversations polyglottes se figent en Tour de Pise et les abat-jours clouent le bec aux pipelettes. Partie de scrabble ou dressage d’une table, rien n’est jamais comme on l’attend dans ce mélange de cirque, danse et théâtre, orchestré par Anna Nilsson (également en scène) et Sara Lemaire.

Souvent comparés à l’univers flamand de Peeping Tom, les spectacles de l’équipe creusent une même veine visuelle, faite d’étrangeté atmosphérique et de surréalisme corporel.

Ils sont sept sur scène, réunis le temps d’une nuit, le temps d’une fête aux allures sacrificielles, le temps d’un ultime combat contre le masque des conventions sociales. Dans sa note d’intention, la compagnie entend illustrer les paradoxes de l’homme postmoderne à la dérive. La démarche gagnerait peut-être à lâcher un peu de lest sur le bagage philosophico-conceptuel de la pièce pour explorer avec plus de simplicité nos contradictions humaines mais Driften recèle néanmoins un puissant imaginaire visuel, doublé d’un passionnant sens pictural de la composition. Il faut voir ces banquets empreint de décadence romaine, ces corps en lutte avec le papier peint, ces ballets éreintés en boîtes de nuit assassines, ces danseuses s’abîmant dans leur féminité à talons aiguilles : autant de tableaux baroques de notre Humanité déchirée. Il faut savoir lâcher prise dans ce maelstrom erratique, accepter de plonger sans amarre parmi cette assemblée d’individualités en lutte contre elles-mêmes, soucieuses de laisser une marque, si singulière soit-elle.

-> Vu le XXXX août 2016 au Zomer van Antwerpen, à Anvers.

Du 15 au 18/1 au Théâtre de Liège ; les 7 et 8/3 au festival Hors Pistes, aux Halles de Schaerbeek, Bruxelles.

Tags :

Le main à main

Ancestral mélange entre l’haltérophilie et la voltige, le main à main est la discipline de cirque la plus écolo qui soit : elle ne sollicite pas d’autres accessoires que les corps...

Hyperlaxe Par la compagnie Te Koop

Il faut tout construire pas à pas, sans forcer. Dans la vie, comme sur scène. C’est une des leçons de ce beau duo, peu ordinaire, que construisent patiemment, sous nos…

Système C

À Bruxelles, le cirque pousse aussi entre les pavés : à côté des lieux « consacrés », une myriade de lieux « bis », parfois éphémères, permettent de s’entraîner, de se croiser, de continuer à...

« Apprendre à faire de l’art ne suffit plus »

Comment pourrait s’écrire l’avenir de la production et de la diffusion en Fédération Wallonie-Bruxelles ? Depuis mars 2015, une « Plateforme des métiers de développement des arts de la scène », réunissant une...

Taillés pour tourner

Se passant volontiers de mots, les spectacles de cirque se prêtent particulièrement bien aux tournées internationales. Mais comment y accéder ? Réseaux officiels, contacts personnels et créativité constante structurent cette dynamique...

Diffuser, c’est leur métier

Nécessaire… et méconnu. Ainsi pourrait-on qualifier le métier de « diffuseur » de spectacles. La conscience monte de l’utilité d’une profession longtemps laissée dans l’ombre. En quoi consiste ce travail ? Trois « attachées...

Les moyens de ses idées

Créer un spectacle de cirque implique une recherche opiniâtre de moyens. S’il n’existe pas de recette miracle pour parvenir à ses fins, le but est commun à tous les projets :...

La mécanique du rêve

Découvrir et maîtriser les notions de production et de diffusion, ce n’est pas un luxe administratif ou un supplément de béchamel. Ces deux axes forgent la viabilité d’une œuvre et...

Isabelle Wéry

Isabelle Wéry est actrice formée à l’INSAS. Elle est chanteuse et metteuse en scène. Elle écrit pour le théâtre (La Mort du Cochon, Le Bazar des Organes,...). Son roman Marilyn...

À nos fantômes

Cirque et cinéma peuvent-ils s’enlacer ? Dans les coulisses du spectacle « À nos fantômes », les acrobates Sarah Devaux et Célia Casagrande-Pouchet, de la Compagnie Menteuses, joignent leurs forces…

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Catherine Makereel

Catherine Makereel

Journaliste indépendante (Le Soir).