Hyperlaxe Par la compagnie Te Koop

Jan/Fév/Mars 2017

Il faut tout construire pas à pas, sans forcer. Dans la vie, comme sur scène. C’est une des leçons de ce beau duo, peu ordinaire, que construisent patiemment, sous nos yeux, Axel Stainier et Nicolas Arnould. L’un est atteint de trisomie, l’autre pas. Mais avec des avantages et inconvénients, qui se complètent. La trisomie développe une souplesse particulière des articulations qui permet de réaliser des contorsions impossibles. Cette élasticité excessive a un nom, « hyperlaxité », d’où le titre. Avantage Axel. Mais pour synchroniser les gestes, les mettre en mémoire et leur donner un sens, avantage Nicolas. Alors, un match de tennis ? Non, plutôt une progression en douceur, à l’écoute de l’autre. On marque d’abord le territoire, avec des bouts de scotch au sol puis, avec quatre petits morceaux de bois, on dispose les corps autour de formes géométriques. Une sorte d’adagio initial qui plante un décor minimaliste, complété par deux chaises et un bouquet de fleurs mais surtout des corps actifs, qui esquissent un double portrait. La tension monte, les corps de plus en plus élastiques se font virtuoses, sans excès. Jusqu’au final spectaculaire, mélange de plus en plus « allegro » de bagarres et de virevoltes amoureuses. La libre interprétation du jeu est laissée au public. Pour éclairer davantage les états d’âme d’Axel, une bande son reproduit ses réflexions lors des répétitions, en dialogue avec Nicolas. Le spectacle joue sur plusieurs registres (danse, théâtre, mime, un soupçon de cirque et de peinture au sol) mais tendus vers un seul horizon : l’éloge de la différence et la foi en l’homme dans sa diversité. Une morale par l’exemple, implicite, optimiste, sans prêchi-prêcha.

Au total un spectacle à la fois délicat et fort dont la réussite est due au talent d’Axel, solidement encadré par beaucoup d’amour et de solides exigences techniques. Outre Nicolas, son « double » vigilant sur scène, Axel a bénéficié de la mise en scène décantée de Sophie Leso, sensible aux artistes handicapés mentaux grâce au Créahm, centre d’excellence, et à Catherine Magis et son spectacle circassien Complicités.

-> Vu le 1er décembre au Théâtre Varia, à Bruxelles.

Après ces premières au Théâtre Varia, à voir bientôt en tournée.

Tags :

Le main à main

Ancestral mélange entre l’haltérophilie et la voltige, le main à main est la discipline de cirque la plus écolo qui soit : elle ne sollicite pas d’autres accessoires que les corps...

Driften Par la compagnie Petri Dish

C’est au Zomer van Antwerpen, cet été, dans un entrepôt désaffecté en pleine zone industrielle, que nous avons découvert Driften de Petri Dish. Un lieu qui collait à merveille à…

Système C

À Bruxelles, le cirque pousse aussi entre les pavés : à côté des lieux « consacrés », une myriade de lieux « bis », parfois éphémères, permettent de s’entraîner, de se croiser, de continuer à...

« Apprendre à faire de l’art ne suffit plus »

Comment pourrait s’écrire l’avenir de la production et de la diffusion en Fédération Wallonie-Bruxelles ? Depuis mars 2015, une « Plateforme des métiers de développement des arts de la scène », réunissant une...

Taillés pour tourner

Se passant volontiers de mots, les spectacles de cirque se prêtent particulièrement bien aux tournées internationales. Mais comment y accéder ? Réseaux officiels, contacts personnels et créativité constante structurent cette dynamique...

Diffuser, c’est leur métier

Nécessaire… et méconnu. Ainsi pourrait-on qualifier le métier de « diffuseur » de spectacles. La conscience monte de l’utilité d’une profession longtemps laissée dans l’ombre. En quoi consiste ce travail ? Trois « attachées...

Les moyens de ses idées

Créer un spectacle de cirque implique une recherche opiniâtre de moyens. S’il n’existe pas de recette miracle pour parvenir à ses fins, le but est commun à tous les projets :...

La mécanique du rêve

Découvrir et maîtriser les notions de production et de diffusion, ce n’est pas un luxe administratif ou un supplément de béchamel. Ces deux axes forgent la viabilité d’une œuvre et...

Isabelle Wéry

Isabelle Wéry est actrice formée à l’INSAS. Elle est chanteuse et metteuse en scène. Elle écrit pour le théâtre (La Mort du Cochon, Le Bazar des Organes,...). Son roman Marilyn...

À nos fantômes

Cirque et cinéma peuvent-ils s’enlacer ? Dans les coulisses du spectacle « À nos fantômes », les acrobates Sarah Devaux et Célia Casagrande-Pouchet, de la Compagnie Menteuses, joignent leurs forces…

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

UP Admin