Innocence Par la Scie du Bourgeon

Avr/Mai/Juin 2018

Tout en « Innocence », pureté et fraîcheur, Philippe Droz et Elsa Bouchez dialoguent corps à corps. Unis à la ville comme à la scène, les acrobates de la Scie du Bourgeon sont parents depuis peu. Et soudain, elle croit entendre sonner le glas de sa jeunesse, craint le vieillissement du corps, cet outil de travail, ce compagnon de piste. Il temporise, la rassure. Elle est encore juvénile. Violoniste, elle joue sur les épaules de son acrobate de compagnon. Ils se portent, se poussent se retrouvent dans cet intérieur avec des cadres tirés au fil en guise de portes ou fenêtres, une table et un écran de télé qui racontera beaucoup. À l’image de l’anniversaire filmé de la grand-mère, avec ce gâteau et ce chant chargés d’autant de joie que d’angoisses. Le tout dans une scénographie d’Aline Breucker à l’économie, inventive et imagée, combinée avec le travail vidéo de Tom Boccara, où les écrans de diverses sortes s’animent, jusqu’à prendre part au scénario.

Issus de l’Esac en 2010, Philippe Droz et Elsa Bouchez ont monté Madame et sa croupe avec la compagnie Un de ces Quatre puis ont rejoint la compagnie Side-Show avant de créer celle du Bourgeon. Pour leur première création en duo, ils se recentrent sur l’intimité, se plongent, sous les regards extérieurs de Dominique Duszynski pour les chorégraphies et de Benji Bernard pour la musique et le jeu, dans le mystérieux et délicat processus du vieillissement. « On commence par la fin ? Pas vraiment, c’est le cheminement qui nous intrigue. C’est la vie à l’intérieur ! Nous voulons plonger dans cet univers riche de mille questions, riche de mille émotions », expliquent-ils.

Comme cette bougie qu’elle l’incite à souffler pour lui rappeler que les trente, quarante, cinquante ou cent ans ne sont pas si lointains. Notes d’humour et de musique alternent sur scène, ponctués de variations du main-à-main dans cette symphonie chorégraphiée en six mouvements qui respire l’amour, la tendresse, la jeunesse, la vie de couple, ses hauts, ses bas et ses habitudes comme le « My Way » de Franck Sinatra que le spectateur écoutera de la première à la dernière parole. Suivra, au registre des grands standards de la chanson, l’indétrônable « Paroles » de Dalida, celles si rares au cirque, et ici présentes par la bande… sonore.

De dispute en réconciliation, de lassitude en nouvelle tentative de séduction, la vie à deux s’écrit et s’arque sous nos yeux dans ce « feel good show » accessible aux enfants dès 5 ans et idéal pour finir la journée en douceur.

 

-> Vu le 13/03 au Centre culturel Jacques Franck, à Saint-Gilles, dans le cadre du Festival UP!

Tags :

[MA] Par la compagnie Le Phare

Le respect de l’adversaire, voilà l’un des fondements des disciplines sportives, y compris quand elles relèvent des codes du combat. C’est cet antagonisme que développent Nilda Martinez et Christian Serein-Grosjean…

Strach, a fear song Par le Théâtre d’1 jour

On entre à pas de loups dans le petit chapiteau du Théâtre d’1 jour, on se répartit au hasard des bancs de bois qui entourent la minuscule piste, visages déjà…

PersonaPar le Naga Collective

Un petit peu de thé ? Assises autour d’une petite table de salon, quatre jeunes femmes s’échangent le réconfortant breuvage, du chocolat, une pomme et quelques amabilités. Un joyeux babil submergé…

Burning Par la compagnie Habeas Corpus

L’annonce d’un diagnostic n’est-elle pas déjà l’amorce d’une guérison ? Sans jouer les apprentis médecins, Julien Fournier élabore tout de même quelques planches médicinales, matérialisant dans Burning un monde du travail…

CARRÉ CURIEUX

Pour créer Famille choisie, le Carré Curieux s’est appuyé sur la réalité des liens qui unissent ses quatre membres. Qu’est-ce qu’un groupe ? Comment vivre ensemble ? Un thème qui s’incarne dans...

La contorsion

Fille de mauvaise réputation, âgée de plus de deux mille ans, la contorsion se fait rare en cirque contemporain. Associée à la douleur, elle intrigue autant qu’elle dérange et séduit...

L’Ésac sur le devant de la Senne

Hébergée pendant 24 ans au Centre scolaire du Souverain, à Auderghem, l’École supérieure des arts du cirque étrenne ses tout neufs bâtiments sur le campus du Ceria, à Anderlecht. Petit...

Le cirque à l’écoute

Les circassiens connaissent-ils la musique ? Faut-il avoir fait ses gammes pour imaginer la musique de son spectacle ? Sans devenir musicologues, les artistes de cirque ne doivent pas sous-estimer tout ce...

La (ré)partition des rôles

Se croisant depuis longtemps sur scène, cirque et musique se lovent pour nous raconter sans cesse de nouvelles histoires. Leur rencontre nécessite de longues heures de travail et de dialogue :...

Connaît-on la chanson ?

Unis depuis les origines de l’histoire humaine, comme nous la rappelle la chercheuse Loes van Schaijk, cirque et musique ont encore bien des choses à apprendre l’un de l’autre. Et...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Catherine Makereel

Catherine Makereel

Journaliste indépendante (Le Soir).