[MA] Par la compagnie Le Phare

Avr/Mai/Juin 2018

Le respect de l’adversaire, voilà l’un des fondements des disciplines sportives, y compris quand elles relèvent des codes du combat. C’est cet antagonisme que développent Nilda Martinez et Christian Serein-Grosjean dans leur création [MA] dévoilée au Festival UP!

Après s’être connus à l’école de cirque de Lomme, Nilda et Christian fondent la compagnie Le Phare et explorent en scène un terrain à la fois duplice et complice, un duo et un duel.

Tout commence par l’échauffement. Pendant l’entrée du public en salle, nos deux artistes sautent à la corde, tels des boxeurs mettant à niveau leur endurance avant de monter sur le ring. Ils s’exécutent d’ailleurs aux deux coins d’un carré blanc tracé sur le sol noir, espace de jeu pour le reste de la pièce. Déjà dans cette mise en bouche, les deux concurrents se défient, l’un manquant sa série de saut, l’autre faisant la démonstration de sa maîtrise de la corde. Les regards comme les sourires s’échangent malgré tout.

Une fois le signal lancé, [MA], comme son titre, met l’amitié entre crochets le temps d’affrontements en toute civilité. Une fois dans l’espace de jeu, un autre code s’applique. C’est à la massue de jonglerie ou au sabre de bois japonais que l’un tentera de déstabiliser l’autre. Et si l’un traverse une difficulté, c’est sur le mât chinois excentré sur le plateau qu’il pourra se réfugier ou relancer le défi, comme s’il renvoyait un smash au tennis. Comme dans le sport, quand l’affrontement est dans l’impasse, on sort de l’espace de jeu, on reprend son souffle avant de retourner en piste. On éteint et on rallume, littéralement.

C’est au fleuret d’escrime, sport noble au code chevaleresque, que le duo accomplira ce qu’il cherche depuis le début de la représentation. Par la garde ou par l’esquive, le duel se transforme petit à petit en un ballet de plus en plus harmonieux. Les interprètes épousent peu à peu les mouvements l’un de l’autre. La progression se laisse savourer au son d’une musique exécutée en bord de plateau par Noé Visard. Boucles électroniques et guitare au son réverbérant accompagnent ce spectacle très chorégraphié qui s’apprécie dans son ascension en puissance vers un retour à la complicité.

La leçon est connue mais mérite d’être rappelée. L’amitié, c’est marcher ensemble mais aussi gentiment se défier pour mieux se retrouver. Le Phare entend creuser cette brèche avec un style de cirque chorégraphique et intime.

 

-> Vu le 13 mars à la Maison des cultures et de la cohésion sociale de Molenbeek, dans le cadre du Festival UP!

Tags :

Innocence Par la Scie du Bourgeon

Tout en « Innocence », pureté et fraîcheur, Philippe Droz et Elsa Bouchez dialoguent corps à corps. Unis à la ville comme à la scène, les acrobates de la Scie du Bourgeon…

Strach, a fear song Par le Théâtre d’1 jour

On entre à pas de loups dans le petit chapiteau du Théâtre d’1 jour, on se répartit au hasard des bancs de bois qui entourent la minuscule piste, visages déjà…

PersonaPar le Naga Collective

Un petit peu de thé ? Assises autour d’une petite table de salon, quatre jeunes femmes s’échangent le réconfortant breuvage, du chocolat, une pomme et quelques amabilités. Un joyeux babil submergé…

Burning Par la compagnie Habeas Corpus

L’annonce d’un diagnostic n’est-elle pas déjà l’amorce d’une guérison ? Sans jouer les apprentis médecins, Julien Fournier élabore tout de même quelques planches médicinales, matérialisant dans Burning un monde du travail…

CARRÉ CURIEUX

Pour créer Famille choisie, le Carré Curieux s’est appuyé sur la réalité des liens qui unissent ses quatre membres. Qu’est-ce qu’un groupe ? Comment vivre ensemble ? Un thème qui s’incarne dans...

La contorsion

Fille de mauvaise réputation, âgée de plus de deux mille ans, la contorsion se fait rare en cirque contemporain. Associée à la douleur, elle intrigue autant qu’elle dérange et séduit...

L’Ésac sur le devant de la Senne

Hébergée pendant 24 ans au Centre scolaire du Souverain, à Auderghem, l’École supérieure des arts du cirque étrenne ses tout neufs bâtiments sur le campus du Ceria, à Anderlecht. Petit...

Le cirque à l’écoute

Les circassiens connaissent-ils la musique ? Faut-il avoir fait ses gammes pour imaginer la musique de son spectacle ? Sans devenir musicologues, les artistes de cirque ne doivent pas sous-estimer tout ce...

La (ré)partition des rôles

Se croisant depuis longtemps sur scène, cirque et musique se lovent pour nous raconter sans cesse de nouvelles histoires. Leur rencontre nécessite de longues heures de travail et de dialogue :...

Connaît-on la chanson ?

Unis depuis les origines de l’histoire humaine, comme nous la rappelle la chercheuse Loes van Schaijk, cirque et musique ont encore bien des choses à apprendre l’un de l’autre. Et...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Nicolas Naizy

Nicolas Naizy

Journaliste, Nicolas Naizy suit avec curiosité et attention l'effervescence de l'actualité culturelle à Bruxelles et en Belgique. Ses sujets de prédilection: les arts de la scène bien évidemment qu'il suit et critique pour Radio Campus et C!RQ en CAPITALE, mais aussi la littérature et la bande dessinée pour diverses publications.