PersonaPar le Naga Collective

Avr/Mai/Juin 2018

Un petit peu de thé ? Assises autour d’une petite table de salon, quatre jeunes femmes s’échangent le réconfortant breuvage, du chocolat, une pomme et quelques amabilités. Un joyeux babil submergé par le débit volubile de Viola. Mais tout à coup, en même temps que la musique, tout s’arrête. Pour recommencer après quelques secondes comme un disque rayé. Encore et encore. Que faire quand ça coince dans un groupe ? Chez les circassiennes, la réponse vient par le corps plutôt que par les mots.

Le Naga Collective s’est formé à Bruxelles avec quatre artistes formées à l’Esac ou au Lido de Toulouse. Avec générosité et gourmandise, elles croisent les accents de leurs corps et de leurs pays natals. Viola Baroncelli, l’Italienne, est une virtuose du mât chinois, Jatta Borg, la Finlandaise, est contorsionniste et dessine avec ses bras et ses jambes une drôle de calligraphie, María José Cázares, la Mexicaine, mixe l’acrobatie et la danse et Mari Stoknes, la Norvégienne, aime se laisser (capillo)tracter par les cheveux et se glisser le long d’une corde lisse.

Dans Persona, leur premier spectacle, les jeunes femmes explorent la tension entre le groupe et l’individu. Comment resserrer des liens sans se ligoter et comment prendre sa liberté sans s’éloigner ? Elles cherchent à se faire remarquer et à se faire aimer dans les airs et au sol. « Est-ce que tu peux m’aimer, même si je suis frustrée et désespérée ? », demandent-elles. Quand ils ne rêvent pas de licornes et de papillons, les corps sont parfois encombrants et pesants. Heureusement, ils peuvent enlacer et réconforter. Leurs aventures communes s’écrivent souvent en plusieurs actions simultanées qui ne sont jamais une succession de numéros mais un dialogue permanent, une conversation de corps à corps à deux ou à quatre. Si les protagonistes se mettent en danger, c’est pour montrer leur vulnérabilité, pas leur force qu’elles réservent à la colère. On peut dire aussi que le son est un cinquième personnage. Avec finesse et profondeur, il dessine l’espace et les silences qu’habitent les quatre interprètes. On peut passer d’une aquarelle bruitiste à un calypso chaloupé ou une techno asthmatique où les filles, les cheveux en rideau devant le visage, deviennent d’étranges animaux. Et puis enfin quand le thé est versé, il faut le boire. Il y en aura pour quatre.

 

-> Vu le 13 mars au Théâtre National, dans le cadre du Festival UP!

Tags :

Innocence Par la Scie du Bourgeon

Tout en « Innocence », pureté et fraîcheur, Philippe Droz et Elsa Bouchez dialoguent corps à corps. Unis à la ville comme à la scène, les acrobates de la Scie du Bourgeon…

[MA] Par la compagnie Le Phare

Le respect de l’adversaire, voilà l’un des fondements des disciplines sportives, y compris quand elles relèvent des codes du combat. C’est cet antagonisme que développent Nilda Martinez et Christian Serein-Grosjean…

Strach, a fear song Par le Théâtre d’1 jour

On entre à pas de loups dans le petit chapiteau du Théâtre d’1 jour, on se répartit au hasard des bancs de bois qui entourent la minuscule piste, visages déjà…

Burning Par la compagnie Habeas Corpus

L’annonce d’un diagnostic n’est-elle pas déjà l’amorce d’une guérison ? Sans jouer les apprentis médecins, Julien Fournier élabore tout de même quelques planches médicinales, matérialisant dans Burning un monde du travail…

CARRÉ CURIEUX

Pour créer Famille choisie, le Carré Curieux s’est appuyé sur la réalité des liens qui unissent ses quatre membres. Qu’est-ce qu’un groupe ? Comment vivre ensemble ? Un thème qui s’incarne dans...

La contorsion

Fille de mauvaise réputation, âgée de plus de deux mille ans, la contorsion se fait rare en cirque contemporain. Associée à la douleur, elle intrigue autant qu’elle dérange et séduit...

L’Ésac sur le devant de la Senne

Hébergée pendant 24 ans au Centre scolaire du Souverain, à Auderghem, l’École supérieure des arts du cirque étrenne ses tout neufs bâtiments sur le campus du Ceria, à Anderlecht. Petit...

Le cirque à l’écoute

Les circassiens connaissent-ils la musique ? Faut-il avoir fait ses gammes pour imaginer la musique de son spectacle ? Sans devenir musicologues, les artistes de cirque ne doivent pas sous-estimer tout ce...

La (ré)partition des rôles

Se croisant depuis longtemps sur scène, cirque et musique se lovent pour nous raconter sans cesse de nouvelles histoires. Leur rencontre nécessite de longues heures de travail et de dialogue :...

Connaît-on la chanson ?

Unis depuis les origines de l’histoire humaine, comme nous la rappelle la chercheuse Loes van Schaijk, cirque et musique ont encore bien des choses à apprendre l’un de l’autre. Et...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Gilles Bechet

Gilles Bechet

Giles Bechet est journaliste freelance. Curieux de tout, il aime se perdre dans la culture, celle qui pousse en salle, sous chapiteau et dans les terrains en friche. Pour y rencontrer toutes sortes de gens, des gens qui voient, qui ont vu et qui font voir. Ou qui ne font rien du tout et le font bien.