Choc des blocs et dialogue est-ouest

Avr/Mai/Juin 2017

On ne se forme pas tout seul : en cirque, comme dans bien d’autres domaines, la transmission est le principal canal d’apprentissage. Mais entre générations, on n’a pas toujours la même façon de voir les choses, ni les mêmes images du cirque. Entre rigueur et liberté, technique et créativité, comment ces conceptions se combinent-elles ? On a pris la route de l’Ecole Supérieure des Arts du Cirque, à Auderghem, pour voir comment le dialogue peut s’établir entre un professeur venu de l’est (à la poigne a priori de fer) et ses étudiants biberonné aux scènes contemporaines (dont l’intérêt porte a priori davantage sur l’expression).

Célia Casagrande-Pouchet et Sarah Devaux, à l’orée de leur carrière avec leur compagnie Menteuses[1], sont respectivement sorties de l’Esac en 2013 et en 2014. Aujourd’hui, elles retrouvent leur ancien professeur de corde volante, le Russe Roman Fedin, formé à l’école Karandash de Moscou. Ces trois-là ne viennent visiblement pas du même monde artistique. Célia et Sarah sont passées par le théâtre, aiment les formes hybrides et cherchent à se détacher des figures acrobatiques. Roman, lui, est très attaché à la technique, à la rigueur et à la « physicalité » du cirque. À quel carrefour se retrouver ? « Je dois parfois me battre avec moi-même, parce que j’ai été formé dans un univers très différent », admet le professeur. « Je viens du sport, puis j’ai étudié la mise en scène sportive – comprenez mathématique. Chaque fois, je dois me remettre à ma place et me rappeler qu’ici, le professeur n’impose pas tout : on fait un pas vers les envies des gens. »

Le chemin à parcourir vaut pour les deux bords. « C’est vrai que la première année, j’avais l’impression que Roman était très carré… mais moi je trouvais que je ne l’étais pas assez !», sourit Sarah. « J’ai apprécié cette exigence. Roman m’a énormément appris au niveau de la conscience et de l’intelligence du mouvement. Comment comprendre un geste technique, comment savoir se corriger ? Sans cette exigence, je n’aurais pas pu aller vers la recherche. »

L’apprentissage technique et la recherche – deux piliers de l’Esac – sont aussi le ferment du dialogue. « Mon passé est complètement de l’autre côté de la frontière de la recherche », détaille Roman. « J’ai été formé à un cirque ‘pur’, traditionnel. Quand tu fais, tu fais. Il n’y a pas cette culture de cirque contemporain, nous ne connaissons pas cette quête de l’émotion profonde. J’apprécie qu’ici, on puisse se libérer et faire de la recherche. Je dois aussi avoir cette indiscipline. C’est bien d’être ferme, mais je ne dois pas toujours rester sur les mêmes principes. Sinon mon ciment devient dur, je vais me bétonner et ne plus avancer. »

À l’inverse, si Sarah et Celia se détachent de la figure de cirque, cette image technique les interroge et les poursuit. « On a touché à plein de choses avant d’étudier le cirque », rappelle Célia. « Ce qui compte pour nous, c’est de faire passer une émotion. Les figures, c’est important aussi. On cherche à s’en détacher… et puis on se dit qu’on ne les fait pas assez ! On s’interroge sur les cases où on met les choses. Pour nommer notre spectacle, on n’a pas écrit ‘cirque’, mais ‘pièce aérienne’. »

Un alliage en recherche permanente, comme avec leur prof ? « C’est vrai, Roman a reçu l’éducation circassienne russe, mais ses étudiants l’invitent à aller chercher ailleurs. Il adore chercher avec nous, il redevient comme un enfant ! Dans un enseignement ouvert, les profs font évoluer les étudiants… et inversement ! », concluent les Menteuses.

[1] Lire la critique de leur spectacle « À nos fantômes »

Le funambulisme

Le rêve d’envol, l’illusion de la maîtrise du vide, le mouvement constant, le déséquilibre permanent, l’envie de hauteur et le fil comme métaphore de la vie, voilà tout ce à...

Les Idées Grises Par la Compagnie Barks

Le centre de formation astronautique de la Nasa peut aller se rhabiller. Avec Les Idées Grises, la Compagnie Barks défie toutes les lois de la physique sans même recourir à…

À nos fantômes Par la Compagnie Menteuses

Tombée du ciel dans un cri glacial, une jeune femme gît sur le sol. Paressant tranquillement sous un arbre, allongée sur un rocher, Gloria se lève et s’en approche. La…

Soledad, d’ici et de là-bas

À lui seul, son nom fait chanter les continents. De père péruvien et de mère belge, Soledad Ortiz de Zevallos Brouyaux a deux pays dans le cœur… et dans ses...

De l’espace et du possible

On vous en parlait il y a quelques numéros : les hauts lieux du cirque bruxellois ont une brique dans le ventre. Après les grands travaux, voici les grands déménagements, à...

Comme une image

Créer un spectacle, c’est aussi le faire connaître. Affiches et flyers se combinent aujourd’hui aux sites internet et aux réseaux sociaux, ouvrant des perspectives nouvelles. En mots, vidéos et envies...

Coup de théâtre pour le cirque

Le cirque contemporain est de plus en plus présent dans nos salles de théâtre. Les programmateurs lui témoignent un intérêt exponentiel… et le public en raffole. Preuve de l’évolution d’un...

De la sciure dans la rétine

Une piste ronde, un lion, un athlète sautillant, une trapéziste, de la sciure. Certains clichés ont la dent plus dure qu’une panthère noire. 250 ans après l’invention du « cirque moderne »...

Sam Touzani

Véritable homme-orchestre, Sam Touzani, né à Bruxelles en 1968, est auteur, comédien, danseur-chorégraphe, metteur en scène – et fut animateur télé. Venu au théâtre à 12 ans grâce à sa...

Parlez-vous Benesh ?

Le cirque a une nouvelle corde à son arc ! Grâce au travail de longue haleine de l’artiste aérienne et acrobate Kati Wolf, les premiers « Carnets de notation Benesh pour les...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Avatar

stagiaire1