One-shot Par la Compagnie One-shot

Oct/Nov/Déc 2018

On vous l’a dit cent fois : on ne court pas avec des ciseaux ou un couteau en main ! La compagnie One-Shot n’a que faire de cet adage prudent, puisqu’elle a décidé dans son premier spectacle de faire voler les haches. Composé de Maxime Dautremont, jongleur et moitié du Duo Gama, et de Foucault Falguerolle, spécialiste du mât chinois, le duo a choisi d’unir ses habiletés pour une proposition pleine de tranchant, livrée en plein air. « Jouer avec des haches induit un rapport au danger, mais ce n’est pas ce que nous recherchons dans notre spectacle », nous expliquent les deux artistes. Ça se passe comment alors ? Tout se joue autour d’un mât dressé au centre de l’espace de jeu, avec un public à 360 degrés. Pendant quarante minutes, les spectateurs vont assister à un ballet de duellistes qui aiment mettre en jeu leur complicité avec délicatesse et humour, équilibrant le rapport au risque.
Cela commence en douceur, ça se tourne autour, ça se provoque. Musicien, Maxime prend la guitare et donne le tempo, tranquille dans un premier temps. Foucault teste son agrès posément pour éviter les lancers francs mais « délicats » de son compagnon de jeu. Cela manque encore de piquant ? Maxime saisit alors une première hache. Sourire en coin, il la brandit devant les yeux de son comparse qui se mue en volontaire désigné de ce Guillaume Tell improvisé, pommes incluses. Le danger sera croissant, la hache de plus en plus grande, la cible de plus en plus mouvante. Le but est simple : « Pousser l’autre à sa propre limite », nous confie Foucault, « tout en ayant le plus de complicité possible ».
À défaut de poignard, ce sont des coups de hache qui se donneront dans le dos. La cible, protégée (rassurez-vous !) par une planche accrochée aux épaules, est environ consentante mais pas moins inquiète. Cependant, le personnage de Foucault ne manque pas de ressource en se baladant sur son mât, de bas en haut, comme pour toiser son comparse à son tour. Cet ingrédient plus virevoltant répond avec légèreté à la hache qui s’abat lourdement sur le billot. Le public est pris à témoin de cette amitié mise en jeu(x) et notre duo n’hésitera d’ailleurs pas à l’interpeller. Lorsque nous l’avons vu, One-shot, encore frais, pouvait gagner en rythme. Comme tout spectacle, particulièrement en plein air, il avait encore besoin de se roder. Léger et taquin, cette première création en duo en aura trouvé l’occasion lors de sa tournée estivale.

• Vu au festival SuperVlieg SuperMouche de Forest le 8 juin.

LAURENCE BIBOT

Née à Bruxelles en 1968, Laurence Bibot se forme à la Kleine Academie, avant de rejoindre une foule de joyeuses aventures théâtrales, radiophoniques et télévisuelles : son humour fait des merveilles...

Valhalla Par la Compagnie Petri Dish

Split Par la Compagnie Scratch

Famille choisie Par Carré Curieux, Cirque vivant !

Eymen Par Elodie Doñaque et Fabian Fiorini

COPYLEFT Par Nicanor de Elia

En Russie, des voyous à l’école de la liberté

CLOS, Cirque en boîte

Le trapèze fixe

La Belgique fait son Cirque en Avignon

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Nicolas Naizy

Nicolas Naizy

Journaliste, Nicolas Naizy suit avec curiosité et attention l'effervescence de l'actualité culturelle à Bruxelles et en Belgique. Ses sujets de prédilection: les arts de la scène bien évidemment qu'il suit et critique pour Radio Campus et C!RQ en CAPITALE, mais aussi la littérature et la bande dessinée pour diverses publications.