CLOS, Cirque en boîte

Oct/Nov/Déc 2018

[cp_the_excerpt]

Est-ce un frigo contenant trois acrobates qui trône au centre du plateau ? Ou un ascenseur pour les saltos ? À droite de l’engin, deux musiciens mitonnent leurs notes salées. Et si on se glissait dans les coulisses de « Clos » pour scruter la recette du « cirque en boîte » rêvé par Loïc Faure ?

Comment se concocte un spectacle ? Pour « Clos, cirque en boîte », tout est parti de la toque d’un chef-coq. Après Hom(m) (2015), où il jonglait en solo avec des balles et une cage de 200 kilos, Loïc Faure a eu envie de cuisiner en équipe. « Hom(m) dévoilait un individu dans sa folie joyeuse. Sans être une suite, Clos poursuit la réflexion sur l’enfermement – et la liberté. Que se passe-t-il si on réunit cinq personnes en une même boîte ? », explique-t-il. « On peut y voir le reflet de notre société et de ses impasses. Mais on a plutôt eu envie d’y glisser un ingrédient majeur : la joie ! Le cadre que l’on se donne devient un terrain de jeu où toutes les interactions, comiques et ludiques, sont permises. » Avec son côté gaguesque et BD, la répétition où l’on se glisse confirme cet élan qui s’adresse clairement au tout-public, sans prise de tête mais avec prise de risque : le cirque qui tente, ose et dérape en contrôle est la base du propos. Anna-Katharina Herkt, Daniel Esteban Lorenzo et Loïc Faure mélangent contorsion, main à main ou mât chinois comme dans un shaker, au rythme de la musique entêtante qu’Olivier Thomas et Laurent Rousseau mitonnent en direct. Et si on étudiait la recette de ce réjouissant menu ?

 

Temps de cuisson

Chrono

 

Deux ans (de l’intuition sous la douche à la première au Théâtre Marni, en novembre ¹ )

 

 

Difficulté

Fourchettes

 

5 fourchettes
« C’est la première fois que je me lance dans une création d’une telle ampleur ! », rit Loïc. « J’ai participé comme interprète à des spectacles où on formait de grands collectifs, notamment avec Feria Musica : nous étions 9 interprètes dans Sinué et 8 dans Infundibulum. Pour Jetlag de Chaliwaté, nous tournons à 3. Mais ici, je dois gérer une équipe d’une bonne dizaine de personnes : constructeur, costumier, chargé de production, etc. C’est pour ma pomme. J’adore cette liberté, mais il vaut mieux avoir huit bras pour cuisiner tout cela ! »

 

 

 

Réunissez les ingrédients de base

@Ma scène Nationale

 

Découpez dans un métal robuste une boîte de 2m50 de haut, dont la base mesure 1m sur 1m. Si vous avez peur de vous blesser et que vos parents ne sont pas là, demandez à Gilles Gardula – qui avait déjà conçu la cage de Hom(m). « Cette boîte, c’est la base de notre écriture », indique Loïc. Un agrès tout neuf, qui permet de fristouiller tous les ingrédients du spectacle. Cette boîte est tout à la fois espace clos de contorsion, cheval d’arçon, plateforme accessible par la solidarité et l’entraide, coulisses du magicien,… Ses montants peuvent en outre servir de mâts chinois. Cerise sur le gâteau : ce bloc de métal est aussi engin de muscu. « On se tracte, on se porte, on s’agrippe. Depuis le début du travail, j’ai pris deux kilos de masse musculaire dans les bras. »

 

 

 

Faites revenir en musique

©BenoitFeroumont

 

Exposez les trois acrobates à des notes bien épicées, livrées à même le plateau. « Très souvent, au cirque, la musique vient confirmer l’énergie du mouvement. Comment faire pour qu’elle n’aille pas nécessairement dans le sens du poil, qu’elle soit un support mais permette aussi un détachement ? », demande Olivier Thomas, qui travaille avec Laurent Rousseau à ce que les compositions offrent un complément narratif (et nutritif). « Ce Clos est une belle opportunité de sortir du cloisonnement entre les disciplines », résume avec malice le musicien, œuvrant en outre à l’écriture de l’ensemble du spectacle, avec Loïc Faure et Vital Schraenen.

 

 

Laissez de gros morceaux de cirque

©BenoitFeroumont

 

En fin de processus, évitez de hacher trop fin vos intentions premières : « J’ai vraiment envie de faire du cirque, que ça jongle, que ça porte, que ça envoie ! C’est notre langage. J’insiste pour qu’on y trouve les ressources du spectacle, même si la danse ou d’autres disciplines pourraient nous tenter », note Loïc, qui a expressément réuni des acrobates de haut vol. « Anna-Katharina et Daniel sont tout-terrain, et j’ai essayé de retrouver mes réflexes de porteur ! »

 

 

 

Ajoutez une pincée d’humour

Pincée

Ne le prenez ni trop gros, ni trop gras. Sans paroles ou presque, l’humour est ici essentiellement non-verbal, évoquant l’art clownesque – donc aussi une forme de mélancolie. « Un des ingrédients essentiels pour nous, dès le début du travail, c’était qu’on s’amuse », insiste Loïc. « On a envie de passer du bon temps et que cela se goûte ensuite dans le résultat. »

 

 

Servez chaud

Post-it-public

 

Une solide cuisine à goûter cet automne, puis à partager avec des convives de tout âge, comme l’espèrent les marmitons !

 

 

 

 

 

 

  1. Clos, cirque en boîte, par la Compagnie Jongloïc, du 7 au 9/11 au Théâtre Marni, à Ixelles, en coréalisation avec l’Espace Catastrophe. Les 29 et 30/11 à MA Scène Nationale, Montbéliard (F). Le 30/03/2019 au CC Het Bolwer, à Vilvorde. www.jongloic.com

Valhalla Par la Compagnie Petri Dish

Hissez haut ! Cette traversée-là n’est pas pour les marins d’eau douce mais pour les aventuriers au long cours. Pas besoin d’avoir le pied marin, il suffit d’avoir l’œil malin…

Split Par la Compagnie Scratch

La Compagnie Scratch, formée par sept passionnés de la jongle, a le don des titres qui claquent. Leur première création, en 2013, s’appelait T.N.T. : 30 minutes de défis explosifs,…

One-shot Par la Compagnie One-shot

On vous l’a dit cent fois : on ne court pas avec des ciseaux ou un couteau en main ! La compagnie One-Shot n’a que faire de cet adage prudent,…

Famille choisie Par Carré Curieux, Cirque vivant !

Ceux qui ont vécu l’adoption ou connu des amitiés fulgurantes le savent : pas besoin de partager le même patrimoine génétique pour faire partie d’une tribu. La preuve avec Famille…

Eymen Par Elodie Doñaque et Fabian Fiorini

Certains spectacles sont des moments d’intériorité, où le spectateur, quel que soit son âge, est invité à faire silence en lui-même, tous sens éveillés. Eymen touche sans contredit à cette…

COPYLEFT Par Nicanor de Elia

La frontière entre la jonglerie et la danse est parfois aussi fine que du papier de soie. Depuis près de 20 ans, Nicanor de Elia œuvre à en explorer la…

En Russie, des voyous à l’école de la liberté

Il se baptise lui-même « l’unique cirque au monde pour les voyous ». Ses artistes sont des jeunes en difficultés. Le cirque Upsala, basé à Saint-Pétersbourg, impose sa foi dans…

Le trapèze fixe

Archétype de l’agrès circassien, source de douleur et de créativité, le trapèze fixe revient en haut de la piste, souvent porté par ces dames qui y voient un partenaire cruel,…

La Belgique fait son Cirque en Avignon

Parmi les 1600 spectacles du festival Off à Avignon cet été, le cirque n’était pas en reste. Et plus particulièrement le cirque « made in Belgium », présent sur l’île…

Engagement : Du cirque contre l’obscurantisme

C’est une incroyable aventure de cirque qui se poursuit au cœur du désert tunisien. Dans son moteur, Lisbeth Benout, figure du cirque bruxellois (elle a créé l’Énac, future Ésac, en…

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.