Look(s) de Cirque

Avr/Mai/Juin 2016

Le praticien du cirque est-il nécessairement habillé d’un pull en laine de lama et d’un sarouel ? Bien sûr que non. Aujourd’hui, le vêtement se décline au pluriel. Six circassiens bruxellois se prêtent au jeu du stylisme et de la réflexion devant l’objectif étonnant de la photographe Antoinette Chaudron.

François Dethor

Acrobate aérien, professeur à l’Esac

« Je suis venu au cirque par le graphisme, et l’image en général reste importante pour moi. Je trouve super amusant de varier les styles vestimentaires. Sous la chemise, il y a des tatouages. Là aussi, je joue, j’agence. Mes bras commencent à s’emplir jusqu’aux épaules, comme une toile qui se poursuit peu à peu. »

 

Pascale Loiseau

Voltigeuse au trapèze, fondatrice de la compagnie Wazovol

« Je veux m’échapper de l’univers de l’entraînement et du look ‘training’ ! J’aime être bien sapée, porter une robe, des talons. Quelqu’un, découvrant mon domicile, s’est un jour exclamé : ‘Je pensais que tu vivais dans une roulotte sous les arbres !’. Les clichés sur le cirque, type chapiteau et animaux, ont la dent dure. »

 

Romain Hugo

Diaboliste endiablé

« Je laisse pousser mes dreadlocks depuis 10 ans – depuis que j’ai pris la décision de faire du cirque professionnellement. Avec ma rousseur et le diabolo, cela bâtit mon identité artistique, en contraste avec un costume sobre en scène. Les dreads sont clairement liées au métier que je fais. Dans l’Horeca, ce serait impossible ! »

 

Violaine Bishop

Acrobate aérienne, compagnie Lady Cocktail

« J’ai toujours adoré les vêtements. Quand j’avais 5 ans, ma mère devenait dingue parce que je me changeais plusieurs fois par jour, en fonction du moment ! Ado, j’étais babacool, longue jupe, pantalon large. Je me sens plus féminine aujourd’hui. Vieille dame, je me vois très élégante… À l’écoute de mes envies, j’espère ! »

 

Étienne Borel

Membre des Argonautes, professeur de taiji quan et qigong

« Comme tu n’arrêtes jamais de t’entraîner, tu vis en vêtements de travail, larges et souples. En même temps, jeune, tu as besoin d’une identité propre : quel meilleur moyen qu’une certaine excentricité ? Les cheveux plus longs d’un côté, des vêtements chinés,… Un look bâti sur une utilité et un budget souvent limité ! »

 

Gianna Sutterlet

Acrobate en bascule coréenne, étudiante à l’Esac

« Avant, ma garde-robe se divisait en deux : vêtements de la vie quotidienne, vêtements de sport. Comme on passe nos journées à l’école, les vêtements pratiques ont pris toute la place. Mon look : un t-shirt et un short ! Je m’oblige à mettre un pantalon ‘normal’ pour aller danser le week-end. Et je chouchoute certains habits choisis ».

Une « caméra afghane »

Pour réaliser les images que vous avez sous les yeux, la photographe Antoinette Chaudron (par ailleurs interprète dans le spectacle « Le poivre rose ») a utilisé une technique très particulière : la « caméra afghane ». Il s’agit d’une boîte en bois munie d’un objectif, dans laquelle on place directement le papier photographique et qui contient aussi deux bains (un révélateur et un fixateur). Le procédé exige un autre rapport au temps, qui intéresse Antoinette. « On est dans un monde qui essaye tellement de tout lisser. On efface les rides et les défauts dans les photos. On n’a plus l’habitude des images crues », observe-t-elle, appuyée sur sa boîte magique. « Le procédé de la ‘caméra afghane’ change ce rapport à la perfection et à la vitesse : il demande du temps et livre des images fortes, extrêmes, mais avec une poésie incroyable ». Pendant la mise au point, le réglage des lumières et le développement de la photo, l’occasion est belle de discuter avec les modèles. On en a profité pour les interroger sur leur rapport au vêtement et sur les « looks de cirque ».

 

Tags : / /

Les chemins de la création

Comment s’écrit un spectacle de cirque ? Trois créateurs racontent leur parcours de création, des premières recherches jusqu’à la construction finale. Ce regard en coulisses démontre que si le cirque a...

Parler de corps à corps

Pour composer sa mélodie, le musicien agence des notes. Pour rédiger son roman, l’écrivain agence des mots. Qu’est-ce qu’on agence quand on fait du cirque ? Corps, mouvement et objet se...

Vie professionnelle : press enter

PIC PIC ANDRÉ

Objectif Zinneke

Luc Petit

Arnaud, le façonneur d’artistes

Le clown

L’étincelle, (escar)bille en tête

Quelle étincelle peut allumer l’envie de créer un spectacle ? On trouve de tout : une idée, un mouvement technique, une rencontre, un espace scénique, un nouvel agrès, un état...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.