Arnaud, le façonneur d’artistes

Avr/Mai/Juin 2016

Coach acrobatique pour les spectacles de Franco Dragone, l’ancien gymnaste professionnel Arnaud Pauquet a passé six ans à Macao, en Chine. Aujourd’hui, il construit les bases du prochain show prévu à Dubaï. Cet avaleur de kilomètres a trouvé dans le cirque une liberté inespérée.

Entre Macao, Montréal et Dubaï, difficile d’attraper Arnaud Pauquet. Le jeune homme de 34 ans parcourt le monde en deux temps trois mouvements. D’ailleurs, depuis qu’il a quitté la Belgique en 2010, les distances ne représentent plus grand-chose pour lui. « Ça change le rapport au monde d’être expatrié et de ne pas vivre dans le pays où l’on a grandi. Lorsque je résidais à Macao, ça me paraissait normal de passer des week-ends en Thaïlande, aux Philippines… Tout était accessible ».

Pendant six ans, Arnaud a travaillé pour Franco Dragone en Chine. Il a commencé comme acrobate dans « The House of Dancing water », un des plus grands spectacles développés par la compagnie sur place. En 2012, après deux ans de représentations et 840 performances, il est devenu coach acrobatique pour les 92 autres artistes. « A ce moment-là, la production avait besoin d’artistes avec des connaissances en management d’équipe. J’ai quitté la scène pour aider le projet autrement. Je ne regrette pas, car il y a plus de responsabilités. J’aide à révéler les talents en les encadrant. Ce qui m’intéresse, c’est de suivre le projet du début à la fin, depuis le repérage des artistes jusqu’au développement acrobatique du show, en passant par l’entrainement. Et une fois le spectacle créé, il faut garder une préparation quotidienne pour que les représentations restent à un certain niveau ».

S’il a été choisi pour superviser les préparations, c’est grâce à son bagage de sportif de haut niveau. Originaire de Verviers, Bruxellois d’adoption, Arnaud a fait sept ans en équipe nationale de gymnastique, remporté deux titres de champion de Belgique et participé à trois championnats du monde.

Rêve grand format

C’est Franco Dragone qui lui a offert sa première expérience dans le monde du cirque, comme performeur acrobate lors de la phase de recherche et développement pour le spectacle permanent « Le Rêve », créé à Las Vegas. De retour momentané à Bruxelles, Arnaud a dirigé des entraînements en préparation physique à l’Espace Catastrophe. « C’était un peu les prémices de ce que je fais maintenant… avec des buts différents. J’aidais les artistes à développer leur condition physique et leurs aptitudes pour leur propre projet artistique ».

La liberté et l’ouverture du monde d’artistique l’ont totalement séduit comparés à la rigidité du cadre sportif. Le globe-trotter est motivé par le challenge. Le prochain défi ? La nouvelle création du directeur artistique louviérois, prévue à Dubaï, aux Émirats arabes unis, fin 2016.

C’est à Montréal qu’Arnaud prépare actuellement les « actes aériens et acrobatiques » du spectacle, pour des raisons d’infrastructures. « Je suis seul pour l’instant avec des consultants externes, mais on sera une équipe de trois à cinq coachs pour les entrainements ». Un projet de cette ampleur  (« The House of Dancing water » a été vu par 3 millions de personnes) met trois ans avant d’entrer en phase de production. Le casting est sur le point d’être bouclé mais lorsqu’on travaille pour Dragone il faut être patient. « C’est une longue machine à mettre en route. Il y a énormément de personnes qui collaborent. L’avantage c’est que les idées les plus folles sont plus vite réalisables ». Le défi s’annonce passionnant pour cet acrobate-gymnaste touche-à-tout.

Tags :

Les chemins de la création

Comment s’écrit un spectacle de cirque ? Trois créateurs racontent leur parcours de création, des premières recherches jusqu’à la construction finale. Ce regard en coulisses démontre que si le cirque a...

Parler de corps à corps

Pour composer sa mélodie, le musicien agence des notes. Pour rédiger son roman, l’écrivain agence des mots. Qu’est-ce qu’on agence quand on fait du cirque ? Corps, mouvement et objet se...

Look(s) de Cirque

Le praticien du cirque est-il nécessairement habillé d’un pull en laine de lama et d’un sarouel ? Bien sûr que non. Aujourd’hui, le vêtement se décline au pluriel. Six circassiens bruxellois...

Vie professionnelle : press enter

Que faites-vous aujourd’hui ?  Un an après leur sortie d’école, que font les jeunes diplômés de l’Ecole Supérieure des Arts du…

PIC PIC ANDRÉ

« Dès nos études en cinéma d’animation à La Cambre, le cirque a surgi dans nos films. On avait envie de…

Objectif Zinneke

Le 21 mai, la Zinneke Parade envahira Bruxelles. Pour l’instant, c’est dans les zinnodes que se prépare cet ambitieux projet…

Luc Petit

Propulsant les circassiens belges jusqu’en Asie, Luc Petit aime rêver en grand, où qu’il soit, sur la plaine de Waterloo…

Le clown

Contrairement à l’humoriste, qui se moque de l’autre, le clown nous invite à rire de nous-mêmes. Une mission salvatrice, venue…

L’étincelle, (escar)bille en tête

Quelle étincelle peut allumer l’envie de créer un spectacle ? On trouve de tout : une idée, un mouvement technique, une rencontre, un espace scénique, un nouvel agrès, un état...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Avatar

Flavie Gauthier