Thomas, la mécanique des airs

Oct/Nov/Déc 2017

Depuis Paris, le Belge Thomas Loriaux a créé une société d’ingénierie qui conçoit et fabrique notamment des agrès de cirque. Boosté par son expérience en hauteur, il planche aussi sur des créations techniques pour l’aérien et l’envol d’artistes dans d’autres types de spectacles.

Les pieds sur terre et la tête en hauteur. Ou peut-être l’inverse ? Thomas Loriaux combine avec bonheur l’aérien et le rationnel, l’acrobatie et l’ingénierie. Tête (pensante) de l’entreprise CATS Engineering, basée à Paris, il développe des infrastructures techniques et participe à la conception de bâtiments destinés à accueillir des activités de cirque. C’est vers 11 ans que le jeune Bruxellois a commencé à goûter aux agrès et à balancer dans les airs. On était à la fin des années 80 : « J’ai commencé au tout début de l’École de Cirque de Bruxelles, qui s’appelait à l’époque L’École sans filet. Les activités ont débuté dans une salle à Etterbeek qui ressemblait à un grand garage !0 On travaillait avec Vincent Wauters, Philippe Vande Weghe, qui est toujours professeur à l’Esac aujourd’hui, et sa femme Katia. Et c’est Fill De Block qui m’a fait goûter aux sensations de l’aérien. » La découverte est totale. « Je venais du monde de la gymnastique sportive. Dans le cirque, j’ai plongé dans un univers beaucoup plus ouvert et moins compétitif. Pour un enfant, c’était bien plus agréable psychologiquement sans toute cette pression. Avec l’aérien, j’ai aussi découvert un complément idéal au travail au sol. » Toujours en quête d’équilibre, il suit des études d’ingénieur civil-architecte à l’UCL qu’il aère d’une formation en philosophie.

 

Ergonomie et créativité

Après ses études, titillé par des envies d’innovation, il s’oriente vers l’ingénierie des équipements plutôt que vers le bâtiment. Avec toujours le cirque en tête. Et pour cela, direction la France où le marché pour la conception des agrès bénéficiait de la demande de toutes les écoles de cirque en plein essor à cette époque. En 2012, il crée sa société, qui emploie aujourd’hui cinq personnes à temps plein. Les activités circassiennes ne représentent que 15 à 20% du chiffre d’affaires orienté prioritairement vers les grosses productions en théâtre et spectacles musicaux ou vers la solidité et stabilité des scènes pour des grands artistes internationaux. « Le cirque travaille avec de petits moyens. En matière d’ingénierie, on est dans des choses assez basiques, de la construction métallique, des assemblages mécaniques avec des techniques assez simples, mais la beauté est dans l’ergonomie et la créativité pour apporter une adéquation parfaite entre l’équipement et l’usage de l’artiste. »

Pendant toutes ces années, l’ingénieur-architecte n’a jamais abandonné la pratique. Le plus régulièrement possible, il continue à s’entraîner dans les spacieuses installations de l’Ecole Nationale des Arts du Cirque à Rosny-sous-Bois, une respiration physique et une manière d’être encore plus à l’écoute des clients quand ils émettent des demandes particulières.

De Paris, Thomas ne se sent pas très éloigné de Bruxelles où il a gardé de nombreuses attaches, ainsi qu’un poste de professeur titulaire d’ingénierie circassienne à l’Esac. Cet exil alterné lui donne un regard plus distancié sur le développement du cirque à Bruxelles de ces quinze dernières années. « Bruxelles a les défauts de ses qualités. On y trouve une forme de constellation des arts du cirque avec une complémentarité presque naturelle entre les lieux et leur fonction. Il manque peut-être une structure plus centralisée et unifiée, mais cette dispersion est une des beautés du côté zinneke bruxellois. » Quant à savoir depuis Paris ce qu’il regrette le plus de Bruxelles, il pense à l’atmosphère accueillante et bon enfant qu’il ne retrouve pas dans le stress et la tension de la ville lumière. Entre les deux villes, il a trouvé le bon équilibre.

Tags :

Haute saison

Après un climat plutôt calme ces deux ou trois dernières années, c’est une véritable pluie de créations qui s’annonce à l’horizon de cette nouvelle saison circassienne. Y a-t-il une raison...

Voir le cirque en auteur

Largement utilisée en France, la notion de « cirque d’auteur » est de plus en plus présente dans le monde de la création. L’an dernier, l’Esac et le Cnac lançaient un certificat...

Aide-moi Par la Compagnie Che Cirque

Quoi de plus symbolique, quand on pratique l’art dans la rue, que de faire un spectacle sur la rue ? Quel meilleur ambassadeur que l’acrobate, voué à se rendre vulnérable sur…

La reconversion, ça vous inquiète ?

À quel âge commence-t-on à se poser la question de la reconversion ? Quelle forme peut-elle prendre ? Si nul n’est égal face au temps qui passe, personne ne peut s’y soustraire....

Trajectoires réinventées

Il est loin le temps où l’artiste de cirque réalisait le même numéro tout au long de sa carrière, jusqu’à la mort (du costume). Aujourd’hui, la curiosité, la créativité et...

Le corps dans l’œil de la médecine

Le corps du circassien est soumis à des contraintes physiques extrêmes. Distorsions, tensions et chocs répétés amènent-ils à une usure précoce ? Comme les sportifs de haut niveau, la reconversion est-elle...

Le mot [gardine]

Entre « gardien » et « gardon », nulle trace de la « gardine » dans nos dictionnaires. On admettra pourtant qu’il est plus aisé de dire « Soulevez la gardine » que « Soulevez le grand rideau rouge…

Les écoles amateurs ont la passion contagieuse

« C’est une semaine incroyable ! », commente Emma, 18 ans, au sortir de sa présentation au mât chinois, sous le soleil d’une place de Wavre. Comme 40 jeunes élèves, en ce début juillet,…

AVIGNON, AURILLAC : MIRAGE OU ELDORADO ?

L’été, tout le monde veut faire sa place au soleil, normal ! D’un côté, les circassiens qui tournent plutôt en salle, comme Chaliwaté (Joséphina), Duo Gama (Déconcerto), Doble Mandoble (Full HD)…

Pourquoi avez-vous choisi Bruxelles ?

Comme des abeilles voltigeuses attirées par le pollen, des circassiens de toutes disciplines, venus des quatre coins du monde, débarquent un jour à Bruxelles. Certains s’y établissent et participent activement...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Gilles Bechet

Gilles Bechet

Giles Bechet est journaliste freelance. Curieux de tout, il aime se perdre dans la culture, celle qui pousse en salle, sous chapiteau et dans les terrains en friche. Pour y rencontrer toutes sortes de gens, des gens qui voient, qui ont vu et qui font voir. Ou qui ne font rien du tout et le font bien.