Les écoles amateurs ont la passion contagieuse

Oct/Nov/Déc 2017

« C’est une semaine incroyable ! », commente Emma, 18 ans, au sortir de sa présentation au mât chinois, sous le soleil d’une place de Wavre. Comme 40 jeunes élèves, en ce début juillet, elle vient de vivre, à peu près 24 heures sur 24, l’intensité d’un stage qui réunit une dizaine d’écoles de cirque amateur, de Belgique et d’ailleurs. On dort tous sous tente dans le jardin du Château de l’Ermitage, on s’essaye à de nouvelles disciplines et, le dernier week-end, on montre de quoi on se chauffe lors d’un festival en plein air qui combine spectacles amateurs et professionnels. « Le premier but de ces rencontres, c’est l’échange », résume l’organisatrice Julie Patiny, coordinatrice de l’École de Cirque du Brabant Wallon. « Les élèves ont l’occasion de sortir de leur structure et de découvrir d’autres approches de création et de technique. Le deuxième but, c’est le perfectionnement, sur des agrès auxquels ils n’ont pas toujours accès pendant l’année, comme cette fois la bascule et le mât chinois. »

Principal tremplin vers la pratique du cirque, les écoles amateurs sont nombreuses en Fédération Wallonie-Bruxelles : on en compte 36, dont 20 regroupées au sein de la Fédécirque. « Vu les manques de moyens, chacun est souvent dans sa bulle. Une initiative comme celle-ci permet de rassembler les jeunes, de créer du lien et d’échanger des savoirs », observe Florence Godart, permanente de la fédération. En Belgique francophone, il n’y a pas encore d’écoles préparatoires aux études supérieures, et les Humanités Cirque sont encore en gestation (lire par ailleurs). C’est dire l’importance du secteur amateur – parfois trop assimilé au loisir. Dans les rues de Wavre, l’émulation est palpable : on s’épate face aux Espagnols, aux Français… ou aux Flamands (l’explosif Circo del Fuego d’Anvers). Car comme souvent, il y a fort à faire pour connaître son voisin. « Il ne faut pas croire que seuls les élèves apprennent… Nous aussi ! », sourit la formatrice Sarah Martinez, 28 ans. « Les fait de vivre 24 heures sur 24 avec des gens super motivés, ça booste ! ». Et quand le soir tombe sur cette semaine où Wavre a été le centre du monde, tous semblent tendus vers la même évidence : « Revenir l’an prochain ! », s’écrie Emma. Sa copine Jeanne vient d’être admise en prépa à Chambéry (France). Elle rêve de la Carampa à Madrid. Elle y arrivera.

Tags :

Haute saison

Après un climat plutôt calme ces deux ou trois dernières années, c’est une véritable pluie de créations qui s’annonce à l’horizon de cette nouvelle saison circassienne. Y a-t-il une raison...

Voir le cirque en auteur

Largement utilisée en France, la notion de « cirque d’auteur » est de plus en plus présente dans le monde de la création. L’an dernier, l’Esac et le Cnac lançaient un certificat...

Thomas, la mécanique des airs

Depuis Paris, le Belge Thomas Loriaux a créé une société d’ingénierie qui conçoit et fabrique notamment des agrès de cirque. Boosté par son expérience en hauteur, il planche aussi sur...

Aide-moi Par la Compagnie Che Cirque

Quoi de plus symbolique, quand on pratique l’art dans la rue, que de faire un spectacle sur la rue ? Quel meilleur ambassadeur que l’acrobate, voué à se rendre vulnérable sur…

La reconversion, ça vous inquiète ?

À quel âge commence-t-on à se poser la question de la reconversion ? Quelle forme peut-elle prendre ? Si nul n’est égal face au temps qui passe, personne ne peut s’y soustraire....

Trajectoires réinventées

Il est loin le temps où l’artiste de cirque réalisait le même numéro tout au long de sa carrière, jusqu’à la mort (du costume). Aujourd’hui, la curiosité, la créativité et...

Le corps dans l’œil de la médecine

Le corps du circassien est soumis à des contraintes physiques extrêmes. Distorsions, tensions et chocs répétés amènent-ils à une usure précoce ? Comme les sportifs de haut niveau, la reconversion est-elle...

Le mot [gardine]

Entre « gardien » et « gardon », nulle trace de la « gardine » dans nos dictionnaires. On admettra pourtant qu’il est plus aisé de dire « Soulevez la gardine » que « Soulevez le grand rideau rouge…

AVIGNON, AURILLAC : MIRAGE OU ELDORADO ?

L’été, tout le monde veut faire sa place au soleil, normal ! D’un côté, les circassiens qui tournent plutôt en salle, comme Chaliwaté (Joséphina), Duo Gama (Déconcerto), Doble Mandoble (Full HD)…

Pourquoi avez-vous choisi Bruxelles ?

Comme des abeilles voltigeuses attirées par le pollen, des circassiens de toutes disciplines, venus des quatre coins du monde, débarquent un jour à Bruxelles. Certains s’y établissent et participent activement...

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.