« Le cirque déclenche une véritable ferveur parmi nos spectateurs »

Oct/Nov/Déc 2014

Valérie Mathieu, directrice artistique de Wolubilis, s'épate de l'engouement du public pour les pistes contemporaines...

Le cirque contemporain serait-il en passe de devenir une valeur sûre ? Où qu’il (se) passe à Bruxelles, en salle, sous chapiteau ou dans l’espace public, il fait le plein. Ce début d’année 2014 a été celui de tous les records : en février, les propositions de Hors Pistes au Halles de Schaerbeek ont aimanté le public. En mars, le Festival UP!, la Biennale internationale de cirque de l’Espace Catastrophe, a envahi théâtres et places en jouant souvent à « bureaux fermés ». En avril, Hopla!, la Fête des arts du cirque de la Ville de Bruxelles, a réuni les foules de tout âge dans l’évidence des pistes. En juin, la Fête des Fleurs à Watermael-Boitsfort et le Visuel Festival Visueel à Berchem-Ste-Agathe ont laissé une large place à une programmation circassienne largement suivie par le public…

Les théâtres s’unissent de plus en plus à cet élan des arts de la piste. « Dès l’ouverture de notre lieu, en 2006, il y a eu la volonté d’imprégner une identité forte, notamment à travers le cirque », confirme Valérie Mahieu, directrice artistique de Wolubilis. Avec son plateau colossal (320m2, 15 mètres en hauteur), la scène de Woluwe-Saint-Lambert se prête avec succès aux déclinaisons circassiennes. « Le cirque déclenche une véritable ferveur parmi nos spectateurs, qui nous suivent dans toutes nos propositions. Parmi les disciplines des arts de la scène, le cirque est actuellement celui qui innove le plus. Durant leur formation, les artistes explorent la théâtralité et ça se retrouve ensuite dans leurs spectacles : il y a un fil rouge, au cœur d’une inventivité folle. Ça surprend tout le monde, le public en redemande ! ».

Le Théâtre Varia se délecte de la même audace. A l’occasion du Festival UP!, le théâtre ixellois s’est vue envahir par des scénographies peu communes : un tractopelle (« Extension » par le Cirque Inextrémiste) puis une tonne de terreau (« La Geste » par la RuspaRocket). « Notre équipe technique se régale ! », sourit Sylvie Somen, codirectrice artistique des lieux, réjouie par le nouveau chapitre ouvert par le cirque contemporain. « Cela n’a rien d’incongru de trouver du cirque dans un Centre Dramatique, au contraire ! », affirme-t-elle. « Sous le geste circassien, sous la prouesse, il se raconte une histoire, des histoires, qui ouvrent l’imaginaire. On conserve la technique de cirque, mais elle se fait narrative. Pour le public, il n’y a pas le barrage de la langue. Dans une ville plurilingue comme Bruxelles, le cirque ouvre des perspectives géniales par rapport au théâtre, plus limité par l’usage du texte ».

Sylvie Somen se réjouit aussi que l’intérêt pour le cirque soit manifeste chez des metteurs en scène de théâtre, comme Véronique Dumont (« La Geste »), ou chez des chorégraphes, comme Claudio Bernardo (« L’Assaut des Cieux », présenté en octobre). « Ce qui rapproche le cirque d’un Centre Dramatique, c’est la notion de création », conclut la directrice. « Les arts de la piste se professionnalisent et deviennent un art à part entière, comme le théâtre et la danse. Et mieux encore : ils se mélangent, sans se dissoudre ! ».

Tags :

Quand notre cirque fait boom

Incroyable densité d’artistes au mètre carré, infinie variété des formations, école supérieure, lieux de soutien à la création : Bruxelles a tous les arguments pour faire valoir son statut de capitale...

Le regard du sage : Jan Rok Achard

Considéré comme le « penseur » des arts de la piste au Québec, Jan Rok Achard a dirigé l’Ecole Nationale de Cirque à Montréal pendant 13 ans. Son travail de concertation et…

« La balle a magnifiquement rebondi »

Pas de doute pour Sandrine Mathevon, directrice du Centre Culturel Jacques Franck, situé dans la commune très multiculturelle de Saint-Gilles, au sud de Bruxelles. Le cirque est devenu un art…

Génération Cirque

A Bruxelles, on peut désormais pratiquer le cirque à tout âge en atelier, stages ou à l’école. Nous avons rencontrés deux « tribus » de circassiens, les Gheur et les Roggen, qui...

J’ai voté avec le Cirque Démocratique de la Belgique

Armés de votre carton de vote, vous êtes responsable de l’évolution du spectacle. A moins que ce ne soit le show qui décide pour vous ? Avec « Le Cirque Démocratique de…

Frédéric Fonteyne

« Deux histoires… L’hiver dernier. A peine le temps de déposer ma valise à Paris que je prends le RER, direction Ivry. Longue traversée des cités de banlieues. Visages blafards des…

La bascule

« Donnez-moi un point d’appui et je soulèverai le monde », disait ce cher Archimède. Le génial principe du levier fait encore rêver. Surtout les circassiens et leur bascule diabolique. Propulsés dans…

Ali et Hèdi Thabet

Les frères Thabet, nés d’une mère bruxelloise et d’un père tunisien, retournent près des plages de leur enfance. Sur l’île de Lampedusa, les souvenirs d’hier s’échouent sur la réalité d’aujourd’hui….

24 heures dans la vie d’un circassien

Dresser la journée-type de l’homo sapiens circassius ? La belle idée ! Sauf que la journée-type du circassien n’existe pas. Non pas que son métier « bohème » le dispense d’organiser ses journées mais…

Naviguez dans le numéro

L'auteur.e de l'article

Laurent Ancion

Laurent Ancion

Laurent Ancion est rédacteur en chef du magazine « C!RQ en Capitale ». Critique théâtral au journal « Le Soir » jusqu'en 2007, il poursuit sa passion des arts de la scène en écrivant des livres de recherche volontiers ludiques et toniques. Il est également conférencier en Histoire des Spectacles au Conservatoire de Mons et musicien.